Archives pour la catégorie - Pays de Loire

L’intelligence économique au service des pôles de compétitivité

Qu’est-ce que l’intelligence économique ?

L’intelligence économique (IE) est une démarche organisée qui porte sur la recherche et le traitement d’informations utiles à la décision (volet offensif de l’IE) ainsi que la protection de ces informations notamment si elles sont considérées comme sensibles (volet défensif).

(suite…)

LOIRE ELECTRONIC APPLICATIONS VALLEY

Electrique et électronique
Tél. 02 41 74 70 15
Adresse : Maison de la Création et de la Transmission d’Entreprises – Centre Pierre Cointreau -
132 av de Lattre de Tassigny – BP 1030 -
49015 Angers cedex 01
Pdt : Paul RAGUIN
Ch. mission : Sébastien BALCH

A savoir :
Regroupe des industriels, des établissements d’enseignement supérieur et des laboratoires de la filière électronique. Soutenue par la région des Pays de la Loire, la Drire, la CCI de Maine-et-Loire, le fonds de revitalisation.
Date de dernière mise à jour 22/10/09

www.lea-valley.fr

Electronique : une nouvelle plateforme d’innovation labellisée début 2010

PdL – Une nouvelle plateforme régionale d’innovation (PRI) dédiée à la filière électronique sera labellisée par le conseil régional des Pays de la Loire d’ici février 2010. Baptisée Objets solutions communicantes (OSC), elle aura pour domaine la communication entre objets du quotidien dotés de fonctions électroniques. « L’objectif est de rassembler les compétences de recherche, de formation et d’industrialisation de la filière, ainsi que de développer des projets entre les différents acteurs » explique Patrick Plainchault, Directeur de la recherche de l’école d’ingénieur Eseo d’Angers. Une vingtaine d’entreprises régionales travaillent déjà sur les problématiques d’OSC au sein du cluster Loire Electronic applications valley (LEAV), porteur du projet au côté de l’Eseo et de Polytech Nantes. Aucune décision n’a été prise quant à l’implantation de la future PRI. 

api

Les actions du CJD Nantes Atlantique

Actions spécifiques

Les actions sont au cœur de l’engagement sociétal de la section. Les actions rapprochent les Jeunes Dirigeants des organismes extérieurs pour construire ensemble, transmettent les valeurs du mouvement ou facilitent la démarche citoyenne de chaque entreprise.

Les commissions

Véritable lieu d’échange et de travail, les commissions réunissent une fois par mois un groupe de 8 à 12 JD sur une thématique qui sera traitée pendant un an.

Les plénières

Chaque mois, la section réunit tous ces membres autour d’une thématique. Deux heures d’intervention et de débat suivis d’un dîner.
 

(suite…)

Carte : La localisation des IAA dans les Pays de la Loire

Parmi les plus de 75 300 établissements industriels agricoles et alimentaires (IAA) implantés sur le territoire français en 2007, un peu plus de 4 000 sont présents dans les Pays de la Loire. Leur activité principale est notamment la transformation des produits issus de la culture, de l’élevage et de la pêche en aliments et en boissons, pour l’homme et l’animal, mais aussi la production de dérivés intermédiaires non directement alimentaires.

En Pays de la Loire, un peu plus de 57 000 salariés travaillent dans les établissements de l’agroalimentaire en 2007. Ils représentent 4,3 % de l’emploi salarié total régional et 2,4 % de l’emploi salarié total de la France. La région se place au deuxième rang des régions françaises pour l’emploi agroalimentaire, derrière la Bretagne. En concentrant 22,2 % des emplois salariés de l’industrie, contre 16 % en moyenne nationale, les IAA sont l’un des secteurs majeurs pour l’économie régionale.

 effectifs agro pays de loire

(suite…)

E-commerce : trois nantais pour une offre complète

 44 – Trois sociétés nantaises,

  •  
    • Yootel, centre d’appels Ima technologies dédié au e-commerce,

    • Mazedia, agence conseil multimédia, et

    • E-commerce logistique (Pick & Pack), spécialiste de la e-logistique,

s’unissent pour proposer une offre commune de stratégie e-commerce. La cible : les distributeurs traditionnels qui veulent se lancer dans le multicanal. « Les entreprises doivent redessiner leur fonctionnement autour de trois enjeux majeurs : se doter d’un service de relations clients à distance performant, de moyens logistiques pour assurer les livraisons et les retours et bien entendu d’une stratégie marketing et de référencement efficace sur le web », indique Christophe Collignon, directeur d’Ima technologies. E-commerce logistique propose son expertise sur le back-office, telles l’interface ERP et CRM, la livraison et la gestion des retours avec un centre logistique B to B. Yootel prend en charge le middle office, dont la gestion de la relation clients et l’interface avec les commerciaux et les points de vente. Enfin, Mazedia propose ses services en matière de front-office avec une politique de gammes, de promotion et de fidélité sur le net complémentaire à celle des points de vente. « Nous présentons une offre et une réflexion communes mais les entreprises sont libres de choisir tout ou partie de nos prestations », précise Christophe Collignon.

Olivia Bassi

 api 13/10/09

Faut-il un péage urbain à Nantes?

La moitié des salariés travaillant à Nantes habite hors de l’agglomération. :Franck Dubray
OAS_AD(‘Position1′);

La semaine dernière le sénateur Louis Nègre (UMP) a fait adopter un amendement autorisant les grandes agglomérations françaises, volontaires, à tester durant trois ans le principe du péage en entrée de ville. Principe déjà adopté à Londres, Stockholm ou Oslo. Nantes rentre dans les critères permettant la mise en place de ce test, que même le député Vert François de Rugy estime mal à propos.

Ouest-France

Eurial / Herbignac: Nous aurions commis une faute ?

 

Article
Eurial / Herbignac: Nous aurions commis une faute ? dans - Pays de Loire Hubert Durand, DRH de la coopérative Eurial Poitouraine, revient sur le projet d’usine de mozzarelle à Herbignac, après l’abandon de Laïta et le partenariat avec Ingrédia.
Que s’est-il passé avec Laïta ? Pourquoi ont-t-ils quitté le projet ?
Ils rêvaient d’un dossier qui aurait des garanties absolues, mais un risque industriel, ça se partage.??Ils ont considéré qu’ils n’avaient pas les garanties souhaitées.?Mais depuis toujours, les choses étaient pourtant claires.
Du côté de Terrena, le lieu d’implantation de la fromagerie, Herbignac, ne faisait pas l’unanimité.?
Il y a un an, on a proposé Ancenis, ils n’étaient pas d’accord.?Mais le lieu d’implantation n’ a pas la même importance que si nous avions lancé le projet il y a quelques années. Nous avons des accords de collecte entre coopératives et avec les industriels, pour limiter les déplacements des camions, et donc limiter les coûts.? Herbignac est une zone extrêmement dense et riche.?Ce dossier n’a de sens que si pour les producteurs il y a des débouchés nouveaux qui permettront de mieux valoriser matières protéiques et matières grasses.?
Représenter désormais les deux tiers du capital du projet, est-ce un risque ??
Deux tiers, cela ne nous arrange pas, on aurait préféré la moitié [NDLR, comme initialement prévu].?Mais le faire capoter aurait été une faute.?C’est un projet dont la viabilité est établie.?Les collectivités territoriales ont toutes accepté de participer financièrement.?On va doter l’Ouest d’un nouveau débouché mondial.?
Craignez-vous le projet de Lactalis qui augmente sa capacité à Pontivy ??
Il n’y a pas de plus grand hommage de la part de Lactalis que d’agrandir ce site, quatre mois après le lancement de notre projet. C’est la preuve que notre idée est bonne et notre projet viable ! Mais on n’a pas de raison de craindre une éventuelle concurrence, parce que
notre usine fabriquera 30 000 tonnes sur un marché mondial de 2,6 millions de tonnes.?Vous voyez qu’il y a de la place pour les autres ! Même si la France se mettait à produire 100 000 tonnes de fromage industriel à pizza, cela resterait mineur ! On rentre sur un marché sans le perturber, juste en prenant un peu de la croissance du marché.?C’est quelque chose qui n’impactera pas les valorisations.
Et les éléveurs, qu’en pensent-ils ??Sont-ils inquiets ?
Ce projet vise à permettre des débouchés plus sécurisés aux producteurs de lait.?Cela concernera, en régime de croisière, 270 millions de litres ! Tout le monde a toujours été d’accord, dès le départ.?Cela veut bien dire que ce projet répond à une attente.?Et n’oublions pas que si on ne se lançait pas sur ce marché, on ne ferait que de la poudre de lait, un marché qui est très engorgé.?Cela entraînerait une baisse très important du prix du lait au producteur.
Propos recueillis

source: avenir agricole.net à http://www.aveniragricole.net/site/index/index.php?page=information&ss_page=article&iid=1538

Lire aussi L’Avenir agricole du 17 au 23/11 et sur Inter-net: Avenir agricole.net, mots clé: Herbignac ou mozarelle

1234

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio