Archives pour la catégorie nutrition sante

Les Français consomment trop d’huile de palme, et sans le savoir

PARIS — L’huile de palme, accusée d’être du mauvais gras et à l’origine de déforestation massive, est en passe de devenir l’ennemi numéro un en alimentation, au point d’être cachée par la plupart des industriels de l’agroalimentaire, et bannie par d’autres.

L’huile de palme ne s’achète pas dans le commerce. Pourtant, chaque Français en a consommé près de 2 kg en 2008, soit 5,5g/jour, selon des statistiques du ministère de l’Alimentation.
(suite…)

Au Sandwich&Snack Show, l’emballage est le deuxième domaine d’intérêt pour les visiteurs

Que le sandwich soit le premier domaine d’intérêt pour les visiteurs du Sandwich&Snack Show (63%), quoi de plus attendu, peut-on dire. Que le packaging soit cité comme le second domaine d’intérêt, c’est plus inattendu… Quoique.
(suite…)

Danone subit une nouvelle défaite avec ses yaourts

Le groupe agroalimentaire ne lancera pas en France , Densia, un yaourt censé solidifier les os. Les test lancés en décembre dernier ne se sont pas avérés concluants.

C’est une nouvelle claque pour Danone. Sept mois après l’avoir testé, le groupe renonce à lancer en France, Densia, un yaourt censé solidifier les os. Pourquoi ? «Les test pratiqués auraient mis en avant que les Français, grands consommateurs de produits laitiers frais, ne ressentent pas le besoin de consommer plus de calcium», affirme une porte-parole de Danone.

Le plaisir plutôt que la santé
Des tests préalables au lancement de Densia avaient été menés à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) depuis décembre et devaient durer entre trois et six mois. Aucune date de lancement n’était prévue en France pour ce produit distribué en Espagne et en Italie. Destiné principalement aux femmes arrivées à l’âge de ménopause, Densia faisait partie des produits de Danone qui jouent la carte «santé» comme Actimel et Activia et est censé couvrir 50% des besoins quotidiens en calcium et vitamine D, dans ces deux domaines.

Il s’agit là d’un nouvel échec pour Danone, après ceux d’Activia et d’Actimel pour lesquels le groupe avait dû renoncer à mettre en avant les bénéfices supposés pour la santé de ces deux produits. Et après celui d’Essensis d’autre part, ce yaourt à l’emballage rose fluo censé donner une belle peau. Lancé en 2007, il avait été retiré de la vente deux ans plus tard.

Danone a sans doute pris conscience que l’avenir se trouve désormais dans le plaisir et moins dans la santé. Le groupe continue en effet de se renforcer dans le domaine. Il vient de racheter Immedia, le fabricant de smoothies et de lancer Fantasia, à destination des jeunes adultes. Même si Franck Riboud, PDG de Danone, continue de penser que la santé a encore sa place, comme il le confiat au Figaro, en juillet dernier.

Par Guillaume Errard
Journaliste, Le Figaro.fr
11/09/2010 | Mise à jour : 16:11

Journées aliments santé La Rochelle 16 et 17 juin 2010

Les JAS de la Rochelle : Une efficacité qui repose sur 15 années d’expérience


Créées en 1995, à l’initiative du CRITT Agro-Alimentaire de La Rochelle, les Journées Aliments & Santé connaissent aujourd’hui un succès international.
Les JAS de La Rochelle représentent aujourd’hui une manifestation deréférence pour les professionnels de l’agro-alimentaire, en étant la plus importante convention d’affaires européenne du secteur.
Près de 800 participants se sont mobilisés à l’occasion de la 7ème édition.

 

(suite…)

L’agroalimentaire lance une fondation pour l’alimentation et la santé

PARIS – Des industriels de l’agroalimentaire et des scientifiques ont lancé mardi à Paris la « Fondation française pour l’alimentation et la santé », pour mieux comprendre les comportements alimentaires et promouvoir la lutte contre l’obésité.

Initiée par l’Ania (association nationale des industries agroalimentaires) et l’Institut Français pour la nutrition (IFN, déjà fondé par l’Ania), cette fondation est présidée par Xavier Leverve, directeur scientifique Alimentation à l’Inra (Institut national pour la recherche agronomique).

Interrogé par l’AFP, ce dernier met en avant « la totale indépendance de la fondation » et estime avoir mis en place suffisamment de « garde-fous » pour qu’il n’y ait « pas collusion » avec l’industrie agroalimentaire.
(suite…)

Aliments santé. Chasse aux mirages

Le «chocolat qui fait grandir», «l’eau qui réduit l’hyperglycémie», «la boisson qui renforce les défenses naturelles»… Vous y croyez? Bruxelles fait le ménage dans les messages alimentaires sur la santé.

Les messages alimentaires sur la santé sont sous haute surveillance. Désormais, les industriels doivent apporter la preuve scientifique de ces mentions avant de les apposer sur les étiquettes de leurs produits. L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a refusé les trois quarts des allégations proposées par la Commission de Bruxelles. Une grosse gifle pour le puissant lobby agroalimentaire qui fait ses choux gras avec des aliments santé de plus en plus nombreux dans les linéaires, s’appuyant parfois sur la caution d’Instituts ou de laboratoires. Depuis les crises alimentaires des années 90, l’Union européenne a pris l’habitude d’ouvrir le parapluie sanitaire, qui porte désormais le nom de principe de précaution. Pas question de confondre santé et marketing.
(suite…)

Les vertus de la peur du gendarme

La peur du gendarme aurait-elle des vertus en économie ? Manifestement, oui ! Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la dernière manifestation de cette peur ne vient pas d’une banque ou d’un fonds spéculatif mais… de Danone. Le géant français de l’agroalimentaire vient en effet de suspendre deux demandes de validation, par une agence officielle européenne, de messages relatifs à la santé (tel produit «aide les défenses naturelles», tel autre «facilite le transit») pour deux de ses produits phares, Actimel et Activia. 

(suite…)

Le Parlement européen fait marche arrière sur l’étiquetage nutritionnel

Le lobbying de l’industrie agro-alimentaire a payé. Les députés européens ont renoncé à deux mesures censées aider les consommateurs à repérer les meilleurs produits au plan diététique.
Un feu vert pour aider les consommateurs à repérer les produits « diététiquement » corrects. Un feu orange ou rouge pour les mettre en garde contre les aliments qui contiennent trop de graisses, de sucre ou de sel. Ce système de feu tricolore avait le mérite de la simplicité. Il a pourtant été enterré mardi par le Parlement européen, sous la pression des industriels du secteur.

La confédération des industries agroalimentaires de l’UE (CIAA), à laquelle adhèrent Kellogg’s, Mars, Kraft Foods, Coca-Cola ou encore Pepsico, militait depuis plusieurs mois contre la généralisation sur les packaging de ces feux tricolores. Selon elle, ils auraient pénalisé les produits labellisés « rouge » au profit des produits labellisés en « vert », créant ainsi une distorsion de concurrence. Autre victoire pour l’industrie agroalimentaire : les députés ont aussi abandonné l’idée d’instaurer des profils nutritionnels qui devaient restreindre l’utilisation des allégations santé ou nutritionnelles (du type riche en calcium, renforce les os etc.) aux produits « diététiquement » corrects.

Manger en se faisant du bien

SANTÉ. LE PROCHAIN CONGRÈS DE VITAGORA CENTRÉ SUR LE BIEN-ÊTRE
Des chercheurs venus du monde entier se pencheront en mars, à Dijon, sur les relations entre l’alimentation et le bien-être. Un thème cher aux gastronomes, développé par le pôle Vitagora.

Le cinquième congrès annuel goût-nutrition-santé du pôle Vitagora se tiendra à Dijon, les 23 et 24 mars prochain. Six cents congressistes sont attendus. Chercheurs et techniciens de l’agroalimentaire feront de ce congrès, unique en France, une sorte d’entretiens de Bichat de l’alimentation.
(suite…)

Goûtez-moi cette nanoparticule

« Nanotechnologies et sécurité alimentaire », c’était le thème du débat public organisé à Rennes le 7 janvier (et par ailleurs avorté), dans le cadre de la grande consultation sur les nanotechnologies lancée par Borloo après son Grenelle de l’environnement.

L’industrie agroalimentaire a déjà commencé à saupoudrer des nanoparticules dans nos assiettes. Ces micromatériaux de l’ordre du millionième de millimètre, qui grâce à leur taille lilliputienne échappent aux lois de la physique classique, sont la baguette magique pour allonger la durée de vie des tablettes de chocolat, stabiliser les couleurs des saucisses industrielles, blanchir les sauces, rendre plus onctueuse la mayonnaise, éradiquer les grumeaux, renforcer les arômes, en inventer de nouveaux…
(suite…)

123456

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio