Archives pour la catégorie nutrition sante

Le bio est en constante progression en France

par Laura Béheulière, Mardi 14 février 2012

Le bio est en constante progression en France

4 Français sur 10 consomment bio régulièrement

A l’occasion de son dixième anniversaire, l’Agence Bio a présenté un bilan plus que positif de la situation de la filière bio. Même si tous les objectifs du Grenelle de l’environnement n’ont pas été atteints, l’agriculture et le marché des produits biologiques sont en effet en constante progression.

Surfaces certifiées bio multipliées par deux, marché de l’alimentation bios’approchant des 4 milliards d’euros… En 10 ans, le bio s’est indéniablement immiscé dans notre société. « Il y a eu une évolution spectaculaire ! », résume Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, groupement d’intérêt public à l’origine de ces données, et selon lequel les exploitations françaises bio sont passées de 10 364 en 2001 à 23 100 en 2011. Le nombre d’entreprises de stockage, de transformation et de distribution certifiées a lui aussi doublé, tandis que le marché de l’alimentation bio a quasiment quadruplé, passant de 1 milliard en 2001 à 3,5 milliards d’euros en 2010.

D’après l’Agence Bio, l’offre des produits bio est par ailleurs de plus en plus grande et diversifiée, ce qui permet de toucher un public beaucoup plus large, comme le montre l’apparition des plats préparés bio. Une progression des produits bio dans la restauration collective a également été enregistrée, et d’une manière générale les consommateurs, réguliers et fidèles, achètent de plus en plus. « Il y a une convergence, un développement de plus en plus harmonieux, entre l’offre et la demande », résume Mme Mercier.

Le prix reste toutefois le principal frein à l’achat de produits bio. Selon l’Agence Bio, pour qui les prix sont supérieurs de 15 à 20% en sortie de production par rapport aux produits conventionnels, l’explication de ce différentiel est simple : « Les circuits sont différents, donc les prix aussi. C’est surtout dû au fait que le bio est transporté en quantités beaucoup plus réduites. En outre, il y a un meilleur rapport qualité-prix, le produit n’est pas le même. »

Le bio est en constante progression en France dans -- comportements alimentaires Le_bio_est_en_constante_progression2-1024x685

(suite…)

Les dernières innovations en matière de snacking.

A l’occasion du salon Sandwich & Snack Show, le snacking est à l’honneur. Ce type d’alimentation, qui offre de nombreux services, conquiert toujours davantage de consommateurs. Il est au cœur de l’offre des magasins de proximité, dont il peut représenter jusqu’à 10% du chiffre d’affaires (source : Eurostaf). Etant donné l’engouement des français et l’essor perpétuel du snacking, nombre d’industriels tentent de s’immiscer dans la brèche et de proposer à leur tour des produits nomades.
Comment évolue le marché du snacking ? Quelles sont les dernières innovations dans ce secteur ? Quelles sont les grandes tendances ?

Agro-media.fr vous propose une analyse sur ce segment-phare de l’agroalimentaire.  (suite…)

Sodebo innove tous azymuths

01 Février 2012

Avec 3 nouvelles gammes sur 3 segments de marché différentsSodebo a décidé de marquer de son empreinte les innovations de ce premier semestre 2012. Fort de sa position de leader des solutions repas au rayon frais – la marque vendéenne représente aujourd’hui 40% en valeur du segment box, véritable locomotive du marché-, Sodebo a décidé de s’attaquer au marché des salades avec une offre pensée pour le nomadisme.

Cap sur la salade repas

Salade & Compagnie, qui sera lancée officiellement en avril, permet de proposer un repas complet grâce à un format 320g associant crudités, féculents et protéines dans un emballage carton operculé avec fenêtre transparente pour bien visualiser le produit. Original, un petit compartiment renferme un tube de vinaigrette refermable, une fourchette et surtout 3 gressins (céréales, fromage, tomate parfumée) pour la petite touche plaisir. 6 références inspirées des saveurs du mode seront proposées au lancement (Montmarte, Istambul, Antibes, Roma, Manhattan et Olympe). « La salade est aujourd’hui le deuxième concept de rue après le sandwich avec un vrai essor des formats de restauration dédiés comme Jour ou Green is Better, souligne Aurélie Auprince, chef de produits salade. Nous avons l’ambition d’investir un segment de marché au très fort potentiel qui malgré une offre encore peu étoffée a enregistré une hausse de 43% en valeur en GMS à mai 2011. »Sodebo, qui effectue actuellement des tests pour l’introduction de ces références en distribution automatique, a d’ailleurs mis les moyens de ses ambitions avec l’institution de nouvelles lignes de production dans ses usines pour développer ces produits en moins de 9 mois.

Box et wraps : des segments porteurs

Par ailleurs, toujours dans l’esprit cuisine du monde, Sodebo continue de surfer sur le succès toujours incontesté des boxs cuisinés avec Box Trotter. « Les boxs ont enregistré une hausse de 50% du CA en 2011 avec 75% des gains générés étant considérés comme additionnels sur le segment des plats cuisinés »,  analyse Manuela Lefort, la chef de groupe box« Dans le même temps, Sodebo a conquis près de 4 points de PDM sur ce segment, souligne Philippe Rondeau, le responsable marketing8 recettes d’inspiration étrangère sont ainsi proposées en format 300g pour répondre aux attentes de diversité des consommateurs qui sont aujourd’hui 1 sur 2 à consommer des boxs au moins 1 fois par semaine avec paëlla, couscous, wok de bœuf sauce soja ou crevettes coco, poulet curry ou sauce saté, tajine kefta de bœuf et chili con carne.

Enfin, la gamme Planet Wrap permettra aussi à la marque d’animer le marché du sandwich. Avec une option résolument gourmande en 190g dont 65% de garniture autour de 5 recettes jambon tatziki, émincés de dinde aux épices, thon tomates marinées, poulet curry, poulet caesar.

source: Snacking.fr à http://www.snacking.fr/news-343-Sodebo-innove-tous-azymuths.php

Le lait plus efficace que les comprimés

«Un seul verre de lait régulier (250 ml)... (Photo: François Roy, La Presse)

«Un seul verre de lait régulier (250 ml) fournit environ 50% des besoins quptidiens en vitamine B12 d’un adulte», indique Jacques Matte, chercheur à Agriculture et Agroalimentaire Canada.

PHOTO: FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

 

(suite…)

Dans 30 ans, vous mangerez des insectes… et vous aimerez ça

LE PLUS. Un grillon au barbecue, un scorpion en brochette, des vers de terre en fricassée : voilà peut-être ce qui nous attend. La Commission européenne vient en effet d’investir 3 millions d’euros dans la recherche dans ce domaine. Cette fois c’est sûr : les insectes sont nos amis. Explication avec Christophe Cotillon, directeur adjoint de l’ACTIA.

(suite…)

Les députés votent l’interdiction du bisphénol A dans les emballages alimentaires

Le bisphénol A est une substance chimique appartenant à la famille des composés organiques aromatiques, présente dans les plastiques alimentaires, notamment les biberons.

Le bisphénol A est une substance chimique appartenant à la famille des composés organiques aromatiques, présente dans les plastiques alimentaires, notamment les biberons. AFP/JOEL SAGET

Un véritable changement de doctrine est en marche. Malgré la pression du lobby agro-alimentaire, l’Assemblée nationale a voté mercredi 12 octobre une proposition de loi PS soutenue par le gouvernement interdisant le bisphénol A (BPA) dans les contenants alimentaires à compter de 2014, mais dès 2013 pour les contenants alimentaires de produits destinés aux enfants de moins de 3 ans.

Ce texte, accepté à l’unanimité en commission, intervient après un récent rapport de l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) jugeant nécessaire deremplacer « sans tarder » le bisphénol A, utilisé pour fabriquer de très nombreux plastiques, notamment dans les matériaux au contact des aliments.

(suite…)

De l’encre dans les pâtes

L'UFC-Que choisir a testé 20 produits alimentaires pour détecter la présence de dérivés pétroliers présents dans l'encre sur les emballages.

L’UFC-Que choisir a testé 20 produits alimentaires pour détecter la présence de dérivés pétroliers présents dans l’encre sur les emballages. © MAXPPP

L’UFC-Que choisir s’alarme de la présence d’huiles minérales dans des produits alimentaires.

Les emballages alimentaires nous menacent-ils ? D’après une étude menée par l’association de consommateurs UFC-Que choisir, des dérivés pétroliers présents dans l’encre sur les emballages ont tendance à contaminer les aliments comme les pâtes, le riz, le couscous, la chapelure ou encore le sucre en poudre. Sur les 20 produits testés, deux dépassent même très largement les limites internationales.

(suite…)

L’alimentation centrée sur la santé, une stratégie contraignante

L’alimentation focalisée sur la santé est un axe stratégique majeur pour les grands industriels de l’agroalimentaire, mais leurs ambitions sont freinées par des réglementations de plus en plus contraignantes et des consommateurs plus méfiants face à une offre souvent onéreuse, estiment des analystes.

(suite…)

La pause déjeuner se réduit comme peau de chagrin

La pause déjeuner se réduit comme peau de chagrin dans -- comportements alimentaires 12bea682-e921-11e0-a945-142a7e1e4039
 

Les salariés consacrent désormais 22 minutes en moyenne à la coupure de midi, contre plus d’une heure et demie il y a vingt ans. Conséquence : ils grignotent davantage et se déconcentrent plus facilement.

La longue pause entre collègues à l’heure du déjeuner a vécu. L’intensification des rythmes de travail a eu raison de cette coupure traditionnelle, dont la longueur s’est réduite comme peau de chagrin ces vingt dernières années. Alors que les salariés s’arrêtaient volontiers plus d’une heure et demie pour se sustenter dans les années 1990, ils ne consacrent désormais pas plus de 22 minutes en moyenne à ce rituel.

«La pause déjeuner est devenue la variable d’ajustement de la journée de travail, explique Anne-Sophie Godon, directrice de la prévention au sein du groupe de protection sociale Malakoff Médéric, qui publie ce mardi une étude sur le sujet. Le contenu de la journée s’est densifié, tandis que la distance entre le travail et le domicile a plutôt tendance à progresser. Dans ce contexte, les salariés n’ont d’autre choix que de rogner sur la pause du midi». Les femmes sont encore plus concernées que les hommes, beaucoup d’entre elles préfèrant prendre le minimum de temps à midi dans l’espoir de partir plus tôt du travail, constate Odile Renard, médecin du travail à Paris.

Les salariés apportent de plus en plus leur repas

Avec la diminution du temps consacré au déjeuner, c’est la nature même du repas qui a changé. Une évolution perceptible ces toutes dernières années encore, souligne l’étude. Depuis 2009, le nombre de salariés qui rentrent chez eux pour déjeuner n’a cessé de diminuer (29% des personnes interrogées en 2011 contre 34% en 2009), de même que ceux qui se rendent dans un restaurant d’entreprise (19% au lieu de 22%). En revanche, la part de ceux qui avalent un sandwich en guise de repas progresse encore de 2 points en 2011 par rapport à 2009.

Le raccourcissement de la durée de la pause déjeuner n’est pas toujours synonyme de «malbouffe». La part des salariés qui amènent leur pitance au travail, après l’avoir préparée chez eux, est en constante augmentation. Près d’un tiers déclarent aujourd’hui le faire fréquemment, les femmes étant là encore surreprésentées. «Les Français cherchent à manger plus équilibré, c’est une tendance sociologique lourde. Apporter son repas, c’est une façon de maîtriser son alimentation. C’est aussi un moyen de faire des économies», remarque Anne-Sophie Godon. La crise est passée par là.

Baisse de concentration

Sandwich ou plat préparé à l’avance, la réduction du temps de pause n’en a pas moins des effets pervers. «Quand on mange vite, on n’a pas le temps de se sentir rassasié. La sensation de satiété n’intervient qu’au bout d’un quart d’heure environ. Et quand on mange devant son ordinateur, c’est pire : on ne fait même pas attention à ce qu’on avale. Résultat, on aura tendance à grignoter dans l’après-midi», explique Patrick Serog, médecin du travail. En 2011, 39% des salariés avouent grignoter régulièrement, soit deux points de plus qu’en 2009. «Faire une réelle pause, de trois quart d’heure environ, est capital, estime aussi Odile Renard. Sans cette coupure, le stress s’accumule».

La santé du salarié n’est pas seule en jeu. Pour l’entreprise non plus, la pause déjeuner n’est pas du temps perdu. Un salarié qui ne s’arrête pas et ne coupe pas ne serait-ce que vingt minutes avec son environnement de travail est un salarié qui risque de perdre en concentration. «L’attention a ses phases. On peut être réellement attentif pendant quarante cinq minutes ou une heure, mais rarement davantage. Si l’on se restaure dans son environnement de travail habituel, à son bureau par exemple, la concentration diminue encore plus vite, et on fait des erreurs», prévient Patrick Serog. Ceci sans compter qu’un bureau où l’on mange accueillerait selon Monster 400 fois plus de bactéries que des toilettes normalement entretenues.

» VOS TEMOIGNAGES - Et vous, prenez-vous le temps de déjeuner? Préparez-vous votre repas à l’avance ou l’achetez-vous près de votre travail? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous ou par email à l’adresse temoin@lefigaro.fr.

Publié sur Le Figaro;fr à http://www.lefigaro.fr/vie-entreprise/2011/09/27/09008-20110927ARTFIG00723-la-pause-dejeuner-se-reduit-comme-peau-de-chagrin.php

 

Emballage carton: de l’encre dans les aliments

Emballage carton: de l'encre dans les aliments dans nutrition sante phlife-quo-046-019_A5

Nos cartons alimentaires seraient-ils toxiques ? Pas en eux-mêmes semble-t-il. En revanche les substances chimiques contenues dans les encres utilisées par les industriels de l’agroalimentaire sont pointées du doigt par l’Association UFC Que choisir. Suite aux résultats de tests réalisés en Allemagne et en Suisse, celle-ci a décidé d’effectuer ses propres analyses en France. Résultat : les aliments contenus par ces emballages en carton seraient fortement contaminés par la migration des encres d’imprimerie… vers leur contenu.

(suite…)

123456

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio