Archives pour la catégorie ACTEURS

Banque : un centre de formation du Crédit mutuel en projet à Nantes

44 – Le Crédit mutuel Laco envisage d’ouvrir un centre de formation sur le site de l’hôpital de Maubreuil à Carquefou : le site sera prochainement libéré par l’établissement qui rejoint le centre de la Tourmaline à Saint-Herblain pour former un nouveau pôle de rééducation fonctionnelle. La banque qui envisage de racheter le château et l’ancien sanatorium a reçu l’accord du conseil général : la collectivité, propriétaire domaine jusqu’en 1978, l’avait cédé cette année-là à l’hôpital « sous l’obligation express de conserver à l’établissement son caractère sanitaire et social ». Le département conservera le parc. Le centre de formation projeté par le Crédit mutuel aurait une vocation grand Ouest : ce serait le troisième du genre pour le groupe. Le premier a été créé dans l’Est dès 1972, à Schiltigheim (67), et un deuxième, en cours de construction, ouvrira l’an prochain en région parisienne, à Verrières-le-Buisson (91).

api 26/10/09

Les actions du CJD Nantes Atlantique

Actions spécifiques

Les actions sont au cœur de l’engagement sociétal de la section. Les actions rapprochent les Jeunes Dirigeants des organismes extérieurs pour construire ensemble, transmettent les valeurs du mouvement ou facilitent la démarche citoyenne de chaque entreprise.

Les commissions

Véritable lieu d’échange et de travail, les commissions réunissent une fois par mois un groupe de 8 à 12 JD sur une thématique qui sera traitée pendant un an.

Les plénières

Chaque mois, la section réunit tous ces membres autour d’une thématique. Deux heures d’intervention et de débat suivis d’un dîner.
 

(suite…)

Picard se rend de plus en plus appétissant

Stopper l’érosion des ventes, continuer l’expansion des magasins, façonner un modèle exportable à l’international : l’entreprise doit devenir plus attrayante pour appâter un futur acquéreur.  

En prenant les commandes du groupe Picard en avril, Philippe Pauze a commencé par changer la «décoration» de son bureau. Sans rien toucher au mobilier, il a recouvert les murs d’immenses cartes routières représentant l’Italie du Nord, la France, l’Ile-de-France. Minutieusement, les équipes du développement ont marqué d’une punaise les 790 emplacements de magasins. Et chaque semaine ou presque, le patron se plaît à ajouter les villes gagnées. «Il reste de grandes zones vides mais ce n’est pas pour autant que nous nous y installerons», commente-t-il, tel un général devant son plan de bataille.

(suite…)

DGCCRF valide acquistion de Brocéliande par Cooperl Arc Atlantique

Lu ce matin dans la presse 20/10/09

Bretagne – La DGCCRF, a donné le 12 octobre, son accord à Cooperl Arc Atlantique, 1er producteur porcin de France pour l’acquisition de Brocéliande, filiale salaisonnerie d’Unicopa. OUEST-FRANCE

La publicité de Danone interdite

14/10/2009 – 14:42

GB:  Le gendarme britannique de la publicité, l’ASA, a interdit la diffusion en l’état des spots publicitaires télévisés du groupe agroalimentaire français Danone pour son yaourt Actimel.

L’Advertising Standards Authority a estimé que Danone ne soutenait pas ses allégations selon lesquelles le produit pouvait aider des jeunes, normaux et en bonne santé à en juger par les personnes figurant dans la publicité, à se protéger contre les maladies infantiles classiques. Danone a précisé à l’ASA que les bienfaits d’Actimel avaient été démontrés au cours de 23 études menées sur plus de 6.000 personnes. Mais l’ASA a considéré que certains des groupes étudiés n’étaient pas cohérents avec le public visé par la publicité. Par exemple, une des études concerne des enfants hospitalisés en Inde avec une diarrhée aiguë, ou une autre des bébés.

Réseau : Claude Guillemot, nouveau président du Club des Trente

api 9/10/09

Ouest – Claude Guillemot, directeur général délégué du groupe de jeux videos Ubisoft et président de Guillemot corporation, vient d’être élu président du Club des Trente. Ce réseau très discret et influent réunit une quarantaine de grands patrons de l’Ouest (Bretagne et Pays de la Loire). Y figurent notamment Vincent Bolloré, François Pinault, Roland Beaumanoir ou Daniel Roullier. Ensemble, ils agissent en faveur du développement économique régional. Ils sont actifs sur le dossier de la ligne à grande vitesse et sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et sont à l’origine du Passeport Armorique, en faveur de la création d’entreprise chez les jeunes. Claude Guillemot succède à Jacques Verlingue, président du groupe d’assurances éponyme de Quimper. Le club des Trente a été créé en 1989 à l’initiative d’Yves Rocher et de Claude Champaud, et son nom fait référence à une célèbre bataille de 1351 lors de la guerre de succession de Bretagne.

Xavier Debontride

Le Choco BN, une star vieillissante en quête de come-back

Très concurrencé, le goûter fourré s’offre une nouvelle recette à base de céréales complètes assorti d’un emballage censé le débanaliser.
Exit les matières grasses hydrogénées, place aux céréales complètes favorisant la sensation de satiété et modifiant la texture.
Exit les matières grasses hydrogénées, place aux céréales complètes favorisant la sensation de satiété et modifiant la texture.

Société centenaire, désormais détenue par le groupe britannique United Biscuits, la Biscuiterie Nantaise joue en partie son avenir sur la transformation de son fameux goûter fourré BN, vedette des cours de récréation depuis 1933. « Il y avait urgence à relancer ce produit phare, nous n’avons pas le droit à l’erreur », explique Anthony Francheterre, directeur de United Biscuits pour l’Europe du Nord. En interne, la renaissance du BN a d’ailleurs été baptisée « projet Phoenix ». Il était temps d’agir : en dix ans, le « quatre-heures à moteur », slogan hérité des années 1970, a perdu un quart de son tonnage face au Prince de LU, plus offensif sur le terrain publicitaire, et sur un marché assailli par les marques de distributeurs. Sans compter que le BN n’est pas sorti indemne des campagnes anti-obésité, stigmatisant les goûters scolaires. En 1994, BN avait réussi une première contre-offensive avec le mini-BN, dont la croissance à deux chiffres ne s’est jamais démentie. Mais le format classique, décliné en six parfums, restait à réinventer. « Les études ont révélé qu’il n’était pas assez croustillant, pas assez fort en cacao », admet Anthony Francheterre. « Nous avons dû procéder à une remise à plat à 100 %, et cela a pris trois ans. »
Valeurs environnementales

Pourtant, à première vue, le nouveau BN diffère à peine de l’ancien. En 1992, la biscuiterie s’était montrée franchement plus radicale en imprimant sur le biscuit un visage rieur, sorte de Smiley à grignoter qui avait considérablement renforcé l’identité du biscuit, menacé en permanence de banalisation.« On a choisi de le conserver, note aujourd’hui Anthony Francheterre. On reste dans l’univers de l’enfance, sur un coeur de cible de trois à dix ans. » C’est donc sur les qualités gustatives et nutritionnelles que United Biscuits a essentiellement travaillé. « On a enlevé tout ce que l’on considérait comme mauvais et recherché le meilleur profil nutritionnel possible sans faire l’impasse sur le goût. » Exit, notamment, les matières grasses hydrogénées, place aux céréales complètes favorisant la sensation de satiété et modifiant la texture. « C’est toujours le goûter d’après l’école, le moment où l’on recharge les batteries pour aller jusqu’au dîner », note Anthony Francheterre. La transformation du paquet est nettement plus visible. United Biscuits y voit le premier vecteur pour révéler les nouvelles vertus du BN. L’emballage, plus recyclable et surtout refermable, a troqué un blanc passe-partout, pour du marron et du vert. Ce code couleur évoque le chocolat, les céréales, ainsi que les valeurs environnementales, un axe de communication renforcé ces derniers temps chez United Biscuits.

La Biscuiterie a soigné les détails en préférant l’empilement des biscuits au rangement par compartiments. « Ainsi, le BN offre son sourire dès l’ouverture »,note le dirigeant. Cela donne un paquet plus compact pour un poids identique de 300 grammes. En dépit du surcoût lié aux céréales complètes et à une intensité plus forte en cacao, BN s’en tiendra à son prix moyen d’environ 1,15 euro grâce au gain de productivité. Quant à la communication publicitaire, elle représentera un budget de 3 millions d’euros pour une campagne au style décalé identique aux précédentes et dans le même registre que les récents spots « pince sans rire » (Fred & Farid Advertising) de McVitie’s, biscuits britanniques de United Biscuits récemment implanté en France.

EMMANUEL GUIMARD , Les Echos 

Malo Bouessel du Bourg succède à Frédérick Bourget à la direction de produit en Bretagne

Source : Produit en Bretagne
Porte parole: Alain Esnault

Publié le 6/10/09

BRESTAprès 5 ans passés à la direction de Produit en Bretagne, Frédérick Bourget est appelé vers de nouvelles fonctions dans le groupe Sill. Malo Bouessel du Bourg a pris sa suite le 14 septembre, en tant que directeur de l’Association, qui compte 210 entreprises de l’agroalimentaire, la distribution, les services, la culture… sur les 5 départements bretons.
 

Portait : Malo Bouessel du Bourg, 48 ans, est originaire de la région de Rennes / Fougères et diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Rouen.

Parcours :

– Directeur Général des Vignerons Catalans (5 ans) – 90 pers / 55 M €, à Perpignan (jusqu’à août 2009) ;
– Directeur Division Produits Frais Eurial (15 ans) – 1100 pers / 490 M€, à Nantes (parcours : chef de produit, chef de groupe, dir marketing, dir marketing / Commercial branche lait, directeur opérationnel branche lait) ;
– Consultant Marketing (2 ans) – 11 pers, à Rennes ;
– Chef de produit Néolait (4 ans) – 450 pers / 60 M € à Yffiniac (22).

Langues : français, anglais, breton.

Missions :

Développement commercial : GMS, RHD, Export ;
– Animation du réseau et de l’équipe de 5 permanents ;
– Développement marketing Bretagne et hors Bretagne ;
– Interlocuteur des décideurs régionaux.
 

Produit en Bretagne : la 1ère marque régionale collective en France

210 entreprises membres sur les 5 départements bretons ;
– Toutes se reconnaissent dans les valeurs et objectifs de Produit en Bretagne : le développement économique et culturel de la Bretagne, créateur d’activité et d’emploi ; tout en observant un fonctionnement éthique, solidaire, respectueux des salariés, de la qualité produit, de l’environnement ;
– 100 000 salariés ;
– 15 Mds d’euros de chiffre d’affaires consolidé ;
– 90 % de notoriété en Bretagne et 21 % en Ile-de-France (1) ;
– Des produits de qualité pour 80 % des personnes interrogées (1) ;

(1) Enquête de notoriété Produit en Bretagne menée par TMO – CSA en 2007, auprès de 808 personnes dans les files d’attente aux caisses de 16 magasins en Bretagne (5 départements) et en Ile-de-France
Une entreprise associative riche d’actions et de projets :

— Actions de communication grand public en affichage, TV, radio sur : Bretagne, Île-de-France, Pays de Loire…
Événement : les Tramways nantais aux couleurs de Produit en Bretagne et Paysan Breton au mois de septembre prochain.

— Sensibilisation des 100 000 salariés : lettre d’information trimestrielle, distribution de dotations spécifiques
Événement : la 1ère édition du Trophée Sportif inter-entreprises le 25 septembre à Lorient…

— Un appui de développement commercial pour les PME : opérations prospectus et salons distributeurs
Événement : rencontre sur le thème Stratégies Export et Concepts innovants, en partenariat avec IGD, le 29 octobre. Conférence et tables rondes.

— L’accompagnement des créateurs :
– Prix de la Meilleure Nouveauté pour les produits alimentaires
– Prix Culture & Création (livre, disque, design)
– L’incubateur d’entreprises Produit en Bretagne, en collaboration avec l’ESC Bretagne Brest, la CCI de Brest et la CRCI.

— Un lieu de rencontre pour des dirigeants d’entreprises soucieux du développement économique de la Bretagne et qui agissent en sa faveur.
Événement : rencontre des auditeurs qualité Produit en Bretagne, autour d’une thématique « développement durable ».

L’Association Produit en Bretagne est soutenue dans ses actions par le Conseil Régional de Bretagne et les Conseils Généraux des Côtes d’Armor Finistère, Ille et Vilaine, Loire Atlantique et Morbihan.
Pour en savoir plus :

— Espace presse de Produit en Bretagne accessible depuis : [Voir le site] Inscrivez-vous ! L’accès est immédiat.

— Contactez-nous directement :
Véronique Le Berre, chargée de mission
Tél. 02 98 47 94 88 – contact at produitenbretagne.com ■

Document PDF Annonce de l’arrivée de Malo Bouessel du Bourg à la direction de Produit en Bretagne.
Source : Produit en Bretagne

Produit en Bretagne est née d’une volonté partagée de quelques décideurs bretons d’agir en faveur de leur environnement économique, culturel, naturel…
C’est aujourd’hui une signature de décideurs engagés dans leur territoire. Cet engagement se traduit par un effet réseau, un progrès continu des entreprises et de l’association.

Carrefour Auteuil ouvre le ban de l’hypermarché « sur-mesure » version Carrefour

Mélange de sobriété et de technologie Caisses en libre service, « boutique en ligne » pour passer commande du non-alimentaire encombrant, ou encore système de bornes interactives pour obtenir des conseils de Danone ou de L’Oréal d’un côté. De l’autre, un mobilier sobre, une signalétique simple, Carrefour Auteuil donne l’impression de naviguer entre deux eaux. Normal, finalement, puisque l’ambition est de « répondre à tous les besoins de tous les clients. »

Complètement repensé, le magasin Carrefour d’Auteuil, à Paris, n’a plus grand-chose à voir avec l’espace vieillissant qu’il était encore en fin d’année dernière. Quatre mois de travaux, sans fermeture, sont passés par là. Pionnier, avec les magasins de Chartres et de Châteauroux, de l’hypermarché « sur-mesure » voulu par Lars Olofsson, le directeur général du groupe, Carrefour Auteuil fait désormais la place belle à l’alimentaire : 10% de références en plus quand le non-alimentaire, lui, en a perdu 40 %. C’est là qu’intervient le côté « technologique » de ce magasin : les références non-alimentaires enlevées restent toujours disponibles… mais via un système de commande en ligne, disponible dans le magasin. De même, cinq caisses libre-service font leur apparition, ainsi qu’un système « Rapid’Ticket » avec douchettes à disposition pour scanner ses produits au fur et à mesure de ses achats, dans le magasin. « Nous devons adapter nos magasins à leur zone de chalandise », explique Alain Souillard, directeur exécutif des hypermarchés Carrefour. Une étude minutieuse des habitudes des clients, via les cartes de fidélité, ainsi que des enquêtes directes et des tables rondes ont permis d’aboutir à cet assortiment.

Jean-Noël Caussil

Article Web du 11/05/2009 – @ Jean-Noël Caussil

Sujets liés : ConceptA la une

Exclusif LSA : Mois d’aout record pour Leclerc et Carrefour Market

Sujets liés : FranceGrande ConsommationCarrefourLeclercAuchan

 

Lsa s’est procuré les résultats du « référenseigne flash » de TNS Worlpanel pour la période du 10 août au 6 septembre 2009. Selon ces données issues du suivi des achats d’un large panel de consommateurs, Leclerc (+ 0.7 point de part de marché par rapport à la même période de l’année précédente, soit 17,3 %), Carrefour Market (ex-Champion, + 0.7 pt, à 8,3 %) et Système U (+0.4 pt, à 9,7 %) sont les trois enseignes qui ont le plus progressé pendant cette période estivale sur les marchés des produits de grande consommation et des produits frais vendus en libre service.
A l’inverse, les enseignes d’hypermarchés sont en recul sensible. Carrefour perd 0.5 pt de pdm à 12,7 % (victime notamment de transferts vers Carrefour market), Auchan recule de 0.2 pt (à 8,6 %), Géant (à 3,2 %) et Cora (à 2,9 %) perdent 0.1 pt. Le hard discount poursuit quand à lui son repli avec une perte de 0.3 pt de part de marché (à 14 %), due principalement au recul de Netto (- 0.2 pt à 0,7 %).
Ces évolutions confirment les tendances enregistrées depuis le début de l’année : les très fortes poussées de Leclerc (+ 0,7 pt à 16,9 % de pdm), Système U (+0,4 pt à 9,1 %) et Carrefour Market (+0,4 à 8,4 %); une bonne performance d’Intermarché (+ 0,2 pt à 12 %, pour + 0.1 pt à 11,9 % en août) et un repli de la plupart des enseignes d’hypers sauf Auchan, stable à 8,5 %. Géant perd 0,2 pt à 3,2 %, Carrefour (13 %) et Cora (2,5 %) reculent de 0.1 pt. Et le hard discount voit sa part de marché s’éroder de 0,1 pt à 14,2 %. 

Jérôme Parigi

Article Web du 30/09/2009 – @ Jérôme Parigi

Sujets liés : FranceGrande ConsommationCarrefourLeclercAuchan

 

1...3132333435

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio