L’agroalimentaire français à l’heure des protéines végétales

Start-ups et grands groupes, comme Fleury Michon et Herta, se lancent tour à tour sur le marché en plein boom des aliments à base de protéines végétales. Une tendance pleinement visible au Salon international de l’alimentation (Sial).

[Sial 2016] L’agroalimentaire français à l’heure des protéines végétales

Steaks et boulettes à base de légumineuses bios de la marque Le Boucher Vert

 Ils poussent partout cette année dans les allées du Salon international de l’alimentation (Sial), qui se tient à Paris-Nord Villepinte jusqu’au 20 octobre. Phénomène de mode ou répondant à de réels besoins nutritionnels, les aliments à base de protéines végétales ont le vent en poupe. Cette année, le Sial d’or de l’innovation, la récompense suprême du salon, a été remis à la start-up lyonnaise Ici & Là pour ses steaks et boulettes de légumineuses bios à la marque Le Boucher Vert. « Jusqu’ici les alternatives aux steaks de viande étaient à base de légumes, de soja ou de tofu, mais pas avec des légumineuses (ndlr : légumes secs riches en protéines), comme les lentilles, les pois chiches ou les flageolets », explique Benoît Plisson, l’un des deux fondateurs de la start-up Ici & Là, qui rappelle que « les légumineuses sont une source de fibres, de vitamines et de minéraux ». Destinés d’abord à la restauration hors domicile, les produits Le Boucher Vert viennent d’arriver dans les magasins bios du réseau Biocoop. « L’originalité de notre démarche tient aussi à notre production. Nous utilisons des légumineuses bios et cultivées exclusivement en France et faisons appel à un partenaire industriel rhônalpin« , ajoute le dirigeant. La start-up née il y a deux ans a choisi de posséder ses propres outils de transformation et conditionnement, mais de les installer au sein de l’usine Boiron Surgélation (groupe Clément Fauger) et de former ses salariés.

Fleury Michon et Herta à l’assaut des protéines végétales

Les grands groupes de l’agroalimentaire partent également à l’assaut de ce nouveau marché qui attire une nouvelle catégorie de consommateurs : les flexitariens, ces personnes qui réduisent leur consommation de viande au profit de protéines végétales. Fleury Michon et Herta (groupe Nestlé) s’engouffrent elles-aussi sur ce nouveau créneau. Une petite révolution pour ces spécialistes de la charcuterie et des produits traiteurs ! « Les flexitariens représentent déjà 25 % de la population française. Notre marque est légitime pour accompagner les consommateurs dans une transition vers une alimentation plus variée », estime Patrick Le Rüe, directeur marketing charcuterie de Fleury Michon. Six références de steaks, pavés, émincés ou encore de falafels à base de fèves, pois chiche, ou maïs ont fait leur apparition depuis quelques jours dans les linéaires, avec une gamme intitulée « Coté végétal ». En janvier, ils seront suivis par quatre plats cuisinés à base de protéines végétales. Tous ces produits seront fabriqués dans les usines vendéennes du groupe.

Un marché en plein essor

Quelques semaines plus tôt, le concurrent Herta avait également lancé une gamme baptisée « Le Bon Végétal » composée d’escalopes au soja et blé, de pavés épinards et fromage et de carrés tomates et mozzarella. Aux côtés des initiatives des deux grands de la charcuterie, des acteurs plus petits se lancent également sur ce marché des produits à base de protéines végétales, qui a progressé de plus de 65 % depuis le début de l’année. Le groupe laitier Triballat-Noyal propose un dessert frais et une boisson à base de graines de chanvre, tandis que la PME auvergnate Sabarot lance des boudins prêts à trancher à base de quinoa ou de polenta. Le breton Guyader lancera de son côté prochainement une gamme « Guyader nature », composée de cakes, soupes et plats cuisinés à base de légumineuses et céréales mais aussi d’algues. Cet engouement pour les protéines végétales aura le mérite de dynamiser l’innovation agroalimentaire et susciter des vocations.  »C’est le développement de l’offre des marques qui va faire la croissance de ce marché », assure Patrick Le Rüe de Fleury Michon. Cela semble bien parti, pour quelques temps en tous cas.

Adrien Cahuzac

 

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio