Archive pour juillet, 2015

HP bans T-shirts at work, and employees are furious

programmer 3

(Flickr / Alper Çuğun) The traditional Silicon Valley coder uniform.

For a lot of programmers, especially in Silicon Valley, the trusted T-shirt-and-hoodie combo makes up the only work uniform they need. It’s considered by many to be a perk of the job: Nobody cares how you dress for work, so long as you deliver. 

But this week, several teams within HP’s 100,000-employee-strong Enterprise Services division were sent a confidential memo cracking down on casual dress in the workplace, because higher-ups in the company are concerned that customers visiting the offices will be put off by dressed-down developers, reports The Register.

« According to HP, men should avoid turning up to the office in T-shirts with no collars, faded or torn jeans, shorts, baseball caps and other headwear, sportswear, and sandals and other open shoes. Women are advised not to wear short skirts, faded or torn jeans, low-cut dresses, sandals, crazy high heels, and too much jewelry, » says the Register report.

The memo was apparently directed not just at salespepeople, but at staffers in R&D who have decidedly different sartorial styles than their business-side colleagues. The news comes at a bad time too, as many developers took to wearing shorts to work for the warm summer months.

On Twitter, the response so far has largely been negative:

 

I understand the motivation behind HP dress code – HP customers are mostly clueless idiots that judge people by the way they dress.

— … (@cloud_opinion) July 24, 2015

HP: You there. R&D geek. Get rid of that T-shirt and put on this tie http://t.co/LjTRbTMpZ5 Sell your HP shares! Dress code = desperation

— Steve Brooks (@SteveBrooks13) July 24, 2015

HP is soon seperating into HP Inc. and Hewlett Packard Enterprise, of which Enterprise Services is a part, and it seems obvious that the company is looking to run a tighter ship as it prepares to go it alone.

But a lax dress code is a major help in recruiting top Silicon Valley talent, and it remains to be seen if the tradeoff is worth it.

An HP spokesperson said the company does not have a global dress code but had no immediate comment on the report of the memo about the Enterprise group dress code.

vu à http://finance.yahoo.com/news/hp-bans-t-shirts-employees-175820878.html?soc_src=mediacontentstory&soc_trk=fb&fb_ref=Default

 

Eurial et Agrial fusionnent

Après un coup de froid officialisé en mars dernier, Eurial et Agrial annoncent finalement leur mariage pour 2016, selon les termes d’un projet de rapprochement qui va beaucoup plus loin que le programme initial, avec une fusion au sein d’une coopérative unique. Fait rare dans la coopération, il s’agit de l’union de deux coopératives saines financièrement, même si la conjoncture laitière est actuellement difficile.

En 2013, Agrial et Eurial annonçaient leur rapprochement, avec un projet de fusion de leurs activités laitières. Après deux années de fiançailles tumultueuses (Agra Alimentation du 26 mars 2015 et du 6 novembre 2014), les deux groupes ont finalement annoncé leur fusion pure et simple pour 2016 dans un communiqué diffusé le 1er juillet. Cette opération, très structurante pour la France lai-tière, puisque le nouvel ensemble prend la deuxième place de la coopération laitière hexagonale derrière Sodiaal, va donc beaucoup plus loin que le projet initial. Alors qu’il s’agissait initialement d’une simple fusion d’actifs industriels (qui aura lieu en septembre), les coopératives actionnaires d’Eurial (Colarena, UCAL, la Laiterie Coopérative du Pays de Gâtine, Poitouraine et depuis peu, Valcrest) vont finalement fusionner avec Agrial en 2016, sous réserve du vote des assemblées générales et de l’approbation de l’Autorité de la concurrence. Cette approche a le mérite de désamorcer tout problème de gouvernance à l’avenir.

DEUX COOPÉRATIVES EN BONNE SANTÉ ET UN BASSIN LAITIER PÉRENNE

« C’est la première fois que deux coopératives en bonne santé discutent, se réjouit Ludovic Spiers, directeur général d’Agrial.C’est peut-être pour cela que les choses ont pris un peu plus de temps. » De fait, Eurial amène dans le nouvel ensemble un savoir-faire industriel laitier reconnu, deux marques fortes, Soignon et, dans une moindre mesure, Grand Fermage, ainsi qu’une activité mozzarella en plein développement. Agrial, plus novice dans la transformation du lait (avec la reprise de Délicelait et Sénagral), apporte pour sa part les moyens financiers d’un grand groupe coopératif, un potentiel laitier indéniable alors que vient de s’ouvrir l’ère post-quotas, et une volonté farouche de se développer dans ce secteur. Ensemble, les deux coopératives, principalement ancrées dans des zones laitières a priori pérennes, couvrent tous les métiers de la transformation du lait.

L’URGENCE DE L’INTERNATIONAL

« Cette année, nos activités laitières combinées devraient dégager presque 60 millions d’euros d’Ebitda (pour environ 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014, ndlr). Nous devons travailler sur la rentabilité de ce groupe laitier. Ensuite, la priorité, c’est de l’internationaliser. Nous ne pouvons pas rester seulement français aujourd’hui », explique Ludovic Spiers. Un discours sans surprise venant d’un groupe qui a déjà internationalisé son activité légumes, et engagé une démarche du même ordre dans le cidre. Eurial, qui exporte déjà largement sa mozzarella ingrédients, a des bases à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. Quant à Sénagral (yaourt MDD), le fait de travailler en direct avec Mercadona lui permet désormais de réaliser un tiers de son activité à l’export. A partir de ces bases, le nouvel ensemble vise ouvertement des opérations de croissance externes à l’étranger, notamment hors d’Europe.

En termes d’organisation, les activités de transformation seront structurées autour de six activités : les fromages de chèvre, portés par la marque leader qu’est Soi-gnon ; l’ultrafrais MDD avec Senagral (racheté à Senoble) ; les fromages ingrédients (notamment la mozzarella produite par Eurial à Herbignac) ; le lait UHT (issu de la fusion entre Coralis et Agrial) ; les ingrédients secs ; le beurre (notamment la marque Grand Fermage) et la crème.

Ensemble, Eurial et Agrial compteront 6 450 producteurs de lait et collecteront 2,5 milliards de litres (dont 55 millions de litres de lait bio). La branche laitière de la future coopérative unifiée, qui affiche 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2014), emploiera plus de 4 000 personnes sur 22 sites industriels. Notons que cette activité laitière ne représente qu’une partie de l’activité d’Agrial, également présent dans les légumes, les productions carnées et les boissons. A titre de comparaison, Sodiaal fédère plus de 13 000 producteurs de lait et collecte 4,8 milliards de litres.

LA MARQUE GRAND FERMAGE SUR L’ULTRAFRAIS ?

Agrial ne cache pas, depuis la prise de contrôle de Sénagral, son ambition de déployer une marque sur l’ultrafrais laitier, comme elle l’a fait avec Florette sur le légume. Si Soi-gnon est axée sur le lait de chèvre, l’autre marque d’Eurial, Grand Fer-mage, pour l’heure dédiée au beurre, pourrait tout à fait habiller des yaourts au lait de vache et autres desserts. Reste à savoir quel sera le choix du futur groupe coopératif unifié, tant en termes politiques et marketing.

VERS UNE GESTION NOVATRICE DU PRIX DU LAIT ?

Parmi les chantiers que devront ouvrir Eurial et Agrial figure la gestion du prix du lait. Le premier pratique le système double prix double volume, tandis qu’Agrial n’a qu’un seul prix. Mais pas question de cantonner les débats à ces seuls systèmes. « Les pays du nord ne fonctionnent pas du tout comme cela. Ils versent un acompte, et ensuite un complément en fonction des résultats de la coopérative. Ce modèle fera partie de nos discussions », explique Ludovic Spiers.

http://www.agraalimentation.fr/eurial-et-agrial-fusionnent-art402013-2466.html?Itemid=330

 

Lait. Agrial et Eurial annoncent leur fusion en 2016

A Luçon (Vendée), la fromagerie Eurial fabrique le fromage Saint Paulin et la Mozzarella..A Luçon (Vendée), la fromagerie Eurial fabrique le fromage Saint Paulin et la Mozzarella.. | Frédéric GIROU

Guillaume Le Du

Les deux groupes coopératifs ont signé le 30 juin un protocole de rapprochement. Dès l’automne, leurs activités laitières seront réunies au sein d’une entité dénommée Eurial.

Annoncée pour juin 2015, puis retardée, le mariage entre le normand Agrial et le ligérien Eurial est relancé. Dans un communiqué, les deux groupes coopératifs annoncent avoir signé, le 30 juin, un protocole de rapprochement en deux étapes.

Dès l’automne 2015, l’ensemble des activités laitières industrielles et commerciales sera réuni au sein d’une même entité, dénommée Eurial.

En juin 2016, interviendra la fusion des coopératives, après consultation des instances représentatives du personnel et validation des adhérents en assemblées générales extraordinaires. Cette fusion ne sera effective qu’après obtention de l’agrément de l’Autorité de la concurrence.

Le nouvel ensemble rayonnera sur un territoire cohérent couvrant la Basse-Normandie, les Pays de la Loire, la Bretagne, le Poitou-Charentes et le Centre, complété de la région Rhône Alpes.

2e groupe coopératif laitier

En aval, il sera structuré autour de six activités stratégiques majeures : les fromages de chèvre, où Eurial avec sa marque Soignon occupe une position de leader incontesté depuis dix ans, les produits laitiers ultra-frais, avec Senagral, numéro 1 des marques distributeurs (MDD), les fromages ingrédients : notamment la mozzarella, activité dans laquelle Eurial est le premier producteur français, le lait UHT, les ingrédients sec et le beurre, notamment le beurre de spécialité avec la marque Grand Fermage, et la crème.

Dès 2016, le nouvel ensemble se positionnera au 2e rang des groupes laitiers coopératifs français avec 2,7 milliards de litres de lait collectés, dont 55 millions de litres de lait bio ; 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 6 450 producteurs de lait, plus de 4 000 salariés et 22 sites industriels.

http://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/lait-agrial-et-eurial-annoncent-leur-fusion-en-2016-3527449

 

 

Agroalimentaire. LDC s’invite dans la caravane du Tour de France [vidéo]

Le groupe sarthois a présenté, mardi, à Sablé, les camions et la voiture qui seront, dès samedi, dans la caravane de la course. C’est la première fois que LDC participe au Tour.

Agroalimentaire. LDC s'invite dans la caravane du Tour de France [vidéo] dans volaille lm01_2438764_2.jpg21
Ils ne sont pas passés inaperçus, hier, soigneusement alignés sur le parking de LDC, à Sablé. Ces cinq camions et une voiture seront, dès samedi et jusqu’à la fin du Tour de France, le 26 juillet, dans la caravane de la célèbre course cycliste, pour porter les couleurs de la marque Le Gaulois, propriété de LDC.Pour l’occasion, le volailler a entièrement relooké ces camions… en poulets. Des ailes viennent recouvrir chaque côté des véhicules, ainsi que les rétroviseurs. À l’arrière de chaque camion, le groupe a reproduit, en très grande taille, un produit emblématique de la marque : sur l’un, c’est un paquet de cordons bleus, sur l’autre un emballage de gésiers de volaille… Des reproductions plus vraies que nature : les brochettes ou l’oeuf coque du camion qui fermera la marche semblent prêts à être dégustés. Une Peugeot 108, achetée à Sablé, ouvrira la marche. Elle est surmontée d’un poulet juché sur un vélo.Lire aussi : Agroalimentaire. La volaille de Loué s’exporte jusqu’à Roland-Garros!

Distribution de cadeaux

C’est la première fois que le groupe sarthois signe avec le Tour de France. Il s’est engagé pour trois ans. « Ce qui est intéressant, c’est d’avoir un contact direct avec le consommateur, détaille Christophe Lambert, en charge du marketing. C’est le troisième événement sportif au monde, après la Coupe du monde de football et les jeux olympiques. Et c’est un événement entièrement gratuit pour les spectateurs. »

12 à 15 millions de Français verraient passer, chaque année, le Tour, sans compter ceux qui le suivent à la télévision. Un gisement de consommateurs potentiels.

Comme le veut la tradition, les hôtesses Le Gaulois distribueront des petits cadeaux aux spectateurs : casquette, tour de cou, aimants, cabas et bons de réduction. Aux côtés des hôtesses, une cinquantaine de salariés du groupe, qui ont été tirés au sort pour passer une journée avec la caravane.

Pour soutenir l’opération, le service marketing du groupe a déployé les grands moyens : diffusion de spots publicitaires avant et après les émissions consacrées à la course, opération commerciale dans les grandes surfaces, présence sur les réseaux sociaux… Quel est le montant de l’opération ? « On ne donne pas le montant, répond Christophe Lambert. Cela reste dans notre enveloppe du budget marketing, budget qui représente 1 à 2 % du chiffre d’affaires. »

Le Gaulois sera présent dans la caravane du… par OuestFranceFR

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/agroalimentaire-ldc-sinvite-dans-caravane-tour-france-video-01-07-2015-217497

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio