SoCloz rapproche commerces physiques et Internet

8 min lues
1

Créé en 2010, SoCloz.com propose aux commerces physiques d’afficher leurs stocks sur Internet afin d’augmenter leur trafic en magasin. Depuis peu, Jérémie Herscovic, fondateur de la start-up, leur propose une solution de e-réservation.

 

SoCloz.com

Crédits photo : SoCloz.com
Le site SoCloz.com a vu le jour en juin 2011.

Comment inciter les consommateurs à se rendre dans les commerces ? Jérémie Herscovic a trouvé la solution. Ce trentenaire a fondé, il y a quatre ans, SoCloz.com. Le concept ? Afficher sur Internet les stocks des magasins afin de générer plus de trafic dans les boutiques.

Une idée venue par hasard, après que sa fille ait perdu son doudou fétiche. « Je me suis mis sur mon téléphone en me disant que ce serait simple de trouver un magasin aux alentours où la même peluche était vendue. Mais rien », se souvient-t-il.  Face à ce constat, Jérémie Herscovic tient son concept entrepreneurial et créé en 2010 SoCloz.com. « C’est simple, cela répond à deux demandes, détaille l’entrepreneur. La première : un très grand nombre de consommateurs ne veut pas acheter un produit avant de l’avoir essayé ou touché. La seconde, c’est le besoin de l’avoir rapidement. »

Une offre freemium

 

Jérémie Herscovic, SoCloz

Crédits photo : SoCloz
Jérémie Herscovic, fondateur de SoCloz.

 

Pour concrétiser son projet, Jérémie Herscovic investit 100.000 euros. Pour le reste, l’entrepreneur a bénéficié de deux prêts : un premier de 40.000 euros de Scientipôle ainsi que 50.000 euros d’Oséo. En octobre 2011, le site Socloz.com est lancé. Le succès ne se fait pas attendre. « Les marques ont tout de suite adhéré au concept, même celles qui étaient sceptiques et ne connaissaient pas le Web-to-store, confie Jérémie Herscovic. Aujourd’hui,nous affichons les stock de 130 marques dont Naf Naf, le Tanneur ou encore Guy Degrenne ».

Côté business model, la start-up propose une offre freemium pour figurer sur le site.« C’est aussi ça notre force par rapport à d’autres, notamment à Google, assure l’entrepreneur.  Les commerçants ne nous croyaient pas lorsqu’on leur disait qu’on allait rester gratuit quoiqu’il arrive ».

Financement
Pour son développement, la start-up a effectué deux levées de fonds en deux ans.La première en 2012, a permis de récolter près de 600.000 euros auprès d’Alven Capital, FA Dièse et divers « business angels ». La seconde, en décembre 2013, a convoqué les mêmes investisseurs et a permis à l’entrepreneur et son associé, Jean-François Bastouret, de lever 1,5 millions d’euros. L’année dernière, SoCloz a réalisé1 million d’euros de chiffre d’affaires.

Ne pas léser commerçants et consommateurs

Mais Jérémie Herscovic a trouvé un moyen de monétiser son concept, sans pour autant léser commerçants et consommateurs. « Depuis quelques mois, nous proposons notre système de e-réservation, explique-t-il. Et plutôt que que de proposer un abonnement, nous avons opter pour une facturation à la performance ». En clair, les marques adhérant au système SoCloz ne payent que si un client vient retirer un produit en magasin après l’avoir préalablement réservé sur Internet.

Ainsi, la force de l’entrepreneur ne réside pas seulement dans sa « market place » mais dans ce service de e-réservation ; directement disponible sur les sites des marques.« Réserver sur SoCloz.com n’est pas encore possible, cela viendra avec la prochaine version du site en juin prochain, détaille-t-il. Mais le système est d’ores et déjà opérationnel sur les sites d’une trentaine de marqueS, ce qui nous permet de leur montrer notre légitimité ».

Une légitimité déjà bien présente : avec 3.500 réservations en une journée, la start-up vient récemment de battre son record quotidien« Une petite victoire mais qui démontre parfaitement que l’avenir est dans la e-réservation, assure l’entrepreneur.Pour preuve, je peux d’ores et déjà vous annoncer que sur SoCloz.com, il sera possible de réserver ses articles pendant les soldes. Une avancée tant pour les consommateurs que pour les commerçants! »

Par Camille Boulate, journaliste | 08/04/2014

publié sur et par: http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/idees-de-business/socloz-rapproche-commerces-physiques-et-internet-61802.php?xtor=EPR-1500-[LEE_hebdomadaire]-20140408-[s=461370_n=6_c=_]-1813589[_SDV]@1

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans . Digital .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ikea commercialise sa propre bière en Angleterre

Le géant du commerce de détail d’origine suédoise va bientôt mettre en vente la Ol M…