Archive pour janvier, 2014

Pernod Ricard teste le bar à cocktails domestique et connecté

Pernod Ricard teste le bar à cocktails domestique et connecté dans ACTEURS 000192860_imageArticle

Le groupe français de vins et spiritueux, Pernod Ricard, vient de lever le voile sur « Gutenberg », un projet de mini-bar intelligent et intuitif à domicile, conçu sous la forme d’une bibliothèque connectée.

Un bar à spiritueux intelligent qui vous suggère des recettes de cocktails et vous alerte quand il manque un ingrédient ? C’est ce qu’a présenté le groupePernod Ricard en avant première mondiale lors de l’Innovation Day du groupe le 28 janvier à Paris. Ce nouveau concept, baptisé Gutenberg du nom de l’inventeur de l’imprimerie, se présente sous la forme d’une petite bibliothèque composée de plusieurs « livres », contenant différentes boissons alcoolisées du groupe (Havana Club, Absolut Vodka, Jameson, Beefeater…). Elle peut être installée sur n’importe quelle table chez soi. Chaque « livre » est posé sur une tablette qui reconnait, via une puce NFC, les contenants et calcule le niveau d’alcool restant.

« Il s’agit d’un écosystème de rupture qui redéfinit l’expérience conviviale chez soi, avec une utilisation intuitive et interactive », a expliqué Alain Défossé, le directeur général du « Breakthrough innovation group » (BIG). Cette cellule de sept personnes, créée en 2012, et volontairement située hors du siège du groupe, fonctionne comme une start-up. Elle signe ici sa première innovation, après un an de travail sur le projet. « C’est encore un concept qui n’a pas vocation à être commercialisé tout de suite », prévient Alain Défossé.

DES LIVRAISONS DIRECTES CHEZ LE CONSOMMATEUR

Le groupe entend d’abord tester cette innovation sur certains marchés clefs, dans des zones urbaines. « Nous devons valider les usages, vérifier l’adhésion du projet et mesurer le niveau de maturité des consommateurs pour ce nouveau modèle », poursuit-il.
Sur le plan commercial, « Gutenberg » devrait fonctionner en approche directe, du fabricant à l’utilisateur. Le consommateur pourra commander sur Internet ses propres recharges de 70 centilitres et se faire livrer directement dans sa boite aux lettres. Le concept s’intègre dans la stratégie de Pernod Ricard d’accélérer dans l’innovation digitale. « On ne fait pas du digital parce que ça fait bien ou parce que c’est une mode. Nous faisons du digital parce que c’est un accélérateur de business », souligne Alexandre Ricard, le directeur général délégué du groupe.

100% RECYCLABLE

Pernod Ricard reste encore discret, à ce stade, sur la technologie contenue dans les recharges, notamment sur les matériaux choisis et le système de pompe. Seule certitude, le groupe garantit que chaque « livre », qui devra aller à la poubelle une fois vide, sera 100 % recyclable. « Nous testons différentes sortes de matériaux, dans l’optique qu’ils soient totalement recyclables », insiste Alain Défossé. Ce dernier n’a pas non plus souhaité donner d’indication sur le prix possible de ce concept pour le consommateur ni sur une date de commercialisation. Une chose est sûre, « Gutenberg » n’a pas vocation à rester longtemps dans les cartons.

Adrien Cahuzac

Publié par l’Usine Digitale à http://www.usine-digitale.fr/article/pernod-ricard-teste-le-bar-a-cocktails-domestique-et-connecte.N236006

 

Agroalimentaire et « e-réputation »

Une étude en ligne fouille les commentaires sur les réseaux sociaux

« Que disent spontanément les consommateurs, les agriculteurs, et les employés de l’agroalimentaire à propos de ce secteur sur le web ? », s’est demandé Alphacoms, une agence nantaise de conseil en communication, entreprises et institutions. Les résultats de cette première étude en ligne mettent en lumière en ce qui concerne les agriculteurs différents sujets de préoccupation, en particulier les relations avec les acteurs de la filière.

Alphacoms a chargé une autre société nantaise, Dictanova, d’étudier « l’image de l’industrie agroalimentaire » sur le web à travers sa plate-forme d’écoute des réseaux sociaux.

Réalisée à partir de prises de parole spontanées sur le web sur la période 2011-2013, l’étude repose sur plus de 3.200 verbatims exprimés par des agriculteurs, des consommateurs ou des employés du secteur de l’agroalimentaire.

 

Pour les agriculteurs, le souhait d’une meilleure valorisation de leurs productions ressort, ainsi que la nécessité pour eux de faire évoluer leurs pratiques. Une autre grande préoccupation qui revient sur les réseaux sociaux concerne leurs relations avec les acteurs de la filière (industriels, coopératives, grande distribution) et les consommateurs.

 

Cliquez pour agrandir l'image.

 

Les salariés du secteur agroalimentaire commentent principalement leurs conditions de travail. L’étude confirme le déficit d’image des métiers de l’agroalimentaire. Ainsi, de nombreux témoignages de jeunes qui y ont occupé des emplois saisonniers soulignent la pénibilité du travail et des niveaux de rémunération faibles.

 

Pour les consommateurs, les préoccupations principales sont l’exigence d’une nutrition de qualité (22 % des verbatims), la défiance envers l’industrie agroalimentaire (20 %), et la perception très nette des grands industriels derrière les marques de produit (9 %). Le pouvoir d’achat n’intervient, lui, qu’en quatrième place, avec 6 % des verbatims. Cette étude met aussi en évidence certains thèmes émergents autour des labels, du Made in France, du halal.

Les réactions au gré de l’actualité de la communauté des lecteurs de presse nationale ou spécialisée en ligne constituent la moitié des verbatims analysés, relève l’étude menée par Dictanova. Le reste des verbatims est issu de forums généralistes ou spécialisés, comme les forums féminins ou jeunes. Avec leur outil d’analyse des échanges des internautes sur les réseaux sociaux, Dictanova arrive à déterminer que les communautés liées à l’univers des jeux vidéos ont été un endroit d’expression particulièrement important au moment de l’affaire de la viande de cheval.

En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/agroalimentaire-et-e-reputation-une-etude-en-ligne-fouille-les-commentaires-sur-les-reseaux-sociaux-81729.html#UXYuoyaC6hoSEI9g.99

Fluctuation des prix des billets de train et d’avion : l’IP tracking intrigue la CNIL

Début juin, la CNIL a ouvert une enquête sur les pratiques des sites marchands de voyage : l’ « IP tracking » (valse des prix des billets électroniques) est pointé du doigt.

Cnil, IP tracking

Crédits photo : Les Echos / IDE / Source : FEVAD
Début juin, la CNIL a ouvert une enquête sur les pratiques des sites marchands de voyage

Tandis que les Français plébiscitent toujours plus Internet pour leurs achats de voyage ou de billets de transport, la suspicion s’accroît sur les pratiques des sites marchands spécialisés. Notamment, sur celle dite du « IP tracking » à propos de laquelle la Commission nationale de l’informatique et des libertés, la CNIL, avait été saisie le 24 avril 2013 par la députée européenne Françoise Castex.

Cette pratique consisterait à conserver l’adresse IP des internautes qui consultent les prix des billets, sans passer commande immédiatement, afin de leur proposer un prix supérieur pour le même produit lors d’une connexion ultérieure. Une sorte de pression à la hausse visant à pousser l’internaute à passer à l’acte d’achat de peur de voir le prix de son billet encore augmenter.

Sachant que près de 6 internautes sur 10 ont déclaré, selon les derniers chiffres connus du 9e baromètre Médiamétrie-NetRatings- Fevad sur les comportements d’achat des internautes au premier trimeste 2013, avoir acheté un voyage ou un billet de transport sur la Toile au cours des six derniers mois (soit 3 points de plus qu’un an auparavant) et qu’un tiers de ces acheteurs de prestations de voyage le font exclusivement sur Internet, quand ils n’étaient que 23 % en 2012, la CNIL a jugé bon d’annoncer fin juin dernier l’ouverture d’une enquête, en collaboration avec la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

« IP tracking » ou « yield marketing »

Selon la CNIL, « une telle pratique, si elle était avérée, poserait notamment la question de la loyauté de la collecte des données permettant de mettre en oeuvre l’ »IP tracking » ». Et au-delà des aspects relatifs au respect de la loi Informatique et Libertés,l’ « IP tracking » pourrait révéler des pratiques commerciales déloyales. Selon les termes du Code de la consommation, celles-ci concernent les procédés « qui altèrent, ou sont susceptibles d’altérer de manière substantielle, le comportement du consommateur normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, à l’égard d’un bien ou d’un service ». Les opérateurs concernés, sites spécialisés de voyage, mais aussi sites marchands des compagnies ferroviaires et aériennes, démentent de telles pratiques et mettent sur le compte du « yield marketing » l’évolution des prix du billet.

Une porte-parole de la SNCF, dont la filiale Voyages-sncf.com est la première agence de voyages en ligne française, explique « que les prix peuvent varier en fonction de l’offre et de la demande et des quotas de billets attribués afin de pouvoir servir tous les types de clientèle ». La SNCF dément donc pratiquer l’ « IP tracking ». « Non seulement nous sommes extrêmement vigilants avec les données personnelles de nos clients, mais encore c’est techniquement impossible, car nos tarifs, que nous gérons en propre, sont mis à la disposition de tous nos distributeurs, par nos propres canaux mais aussi par ceux des agences de voyages », ajoute cette porte-parole.

Contactée, la CNIL n’a pas donné davantage de détails sur l’enquête en cours. Selon une porte-parole, « il n’y a pas de calendrier défini » pour la clôture de cette investigation. La DGCCRF confirme de son côté qu’une « enquête exploratoire est toujours en cours »Des cyber-enquêteurs traquent à partir d’ordinateurs « anonymisés » les pratiques délictueuses. Selon une porte-parole, « c’est long et complexe ». Il ne faudrait pas attendre de résultats « avant la fin de l’année ». Nul doute que les associations de consommateurs seront attentives aux conclusions.

Écrit par Antoine BOUDET
Chef de Service
aboudet@lesechos.fr

Publié par Business Les Echos à http://business.lesechos.fr/directions-generales/numerique/0202945418028-train-avion-l-ip-tracking-dans-le-viseur-de-la-cnil-8563.php

 

Billet d’avions : comment échapper à l’ »IP Tracking » des compagnies aériennes

Une technique marketing redoutable risque de vous faire payer vos billets d’avion ou de train à un prix anormalement élevé. Explications et parades.

A cause de l'IP tracking, vous risquez de payer vos billets d'avion beaucoup trop cher (C) SipaA cause de l’IP tracking, vous risquez de payer vos billets d’avion beaucoup trop cher (C) Sipa

Vous surfez sur Internet à la recherche d’une idée de vacances. Un vol pour Hong-Kong à 800 euros vous tente. Le temps de vérifier que votre conjoint est d’accord pour cette destination de vacances et le prix du billet, vous revenez sur le site… Horreur! Le prix a grimpé à 900 euros !

C’est contre ce phénomène, appelé IP Tracking, que se bat la députée François Castex. “Ce phénomène touche les internautes qui cherchent un billet de train ou d’avion sur Internet, explique-t-elle : s’ils font une recherche pour partir à Hong-Kong le 1er juillet, et s’ils ne commandent pas, le système retient qu’ils ont déjà effectué cette recherche et qu’ils sont donc potentiellement très intéressés: du coup, s’ils refont la même recherche quelques minutes plus tard, le prix aura augmenté !” Non seulement ce système maximise le profit du site, mais en outre, sur un plan marketing, il accélère la vente puisqu’il donne l’impression à l’internaute que s’il ne se décide pas tout de suite, le prix continuera à augmenter.

Air France et la SNCF n’y recourraient pas

Selon Le Monde, la technique ne serait pas employée ni par Air France, ni par la SNCF. En revanche, elle serait abondamment utilisée par des compagnies aériennes asiatiques. Cette technique serait en fait plutôt associée, non pas à l’adresse IP de l’ordinateur (son “numéro d’identité”), mais aux cookies que contiennent le PC -ces petits fichiers qui indiquent aux sites visités quelles sont nos habitudes de navigation : types de sites consultés, temps de présence sur chaque site, rubriques consultées, etc…

Peu importe la technique employée : le procédé semble suffisamment retors pour la députée ait jugé utile de poser le 28 janvier une question écrite au Parlement européen. Celui-ci a fait répondre par la Commission européenne que “les adresses IP peuvent effectivement être considérées comme des données à caractère personnel” et que leur traitement “doit respecter les dispositions nationales qui mettent en oeuvre les exigences de la directive 95/46 “ sur la protection des données personnelles.

Contactée, la Commission nationale de l’informatique et des libertés répond pour sa part que “l’IP Tracking doit également être appréhendé sur le fondement des pratiques commerciales déloyales régies par l’article L.120-1 et suivants du code de la consommation”, lesquels visent les procédés “qui altèrent (…) de manière substantielle le comportement du consommateur normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, à l’égard d’un bien ou d’un service”.

Le procédé pourrait donc être illégal, mais rien n’est établi à l’heure actuelle. La Cnil précise également qu’elle travaille “en collaboration étroite avec la DGCCRF” sur ce sujet. Hélas, ses conclusions ne seront pas rendues avant que les Français prennent leurs vacances.

Du coup, et au delà de l’aspect légal ou non d’une telle pratique, les conseil à suivre pour bien acheter sans subir le raffinement commercial excessif de l’IP Tracking sont simples: “ on peut consulter le prix depuis son PC, explique Françoise Castex. Et on peut ensuite finaliser l’achat avec un autre PC -celui de son bureau, par exemple, ou avec son smartphone, à condition de se connecter en 3G et non en Wifi. Le prix n’aura pas bougé”. Des internautes vigilants nous ont par ailleurs signalé qu’en utilisant le moteur de recherche Ixquick, qui permet de surfer sans révéler son adresse IP, il était possible d’échapper à ce tracking.

 

La question écrite de la députée au Parlement européen :

Billet d'avions : comment échapper à l'

La réponse de la Commission européenne :5917834 dans technologie

 

 

 

La réponse de la CNIL à la demande de la députée :

5917870source: Challenge à http://www.challenges.fr/entreprise/20130612.CHA0739/billet-d-avions-comment-echapper-a-l-ip-tracking-des-compagnies-aeriennes.html

 

Le e-commerce pâtit des mots de passe oubliés

Un Français sur trois a renoncé à un achat en ligne à cause d’un mot de passe oublié (sondage)

PARIS, 19 nov 2013 – Un Français sur trois a déjà abandonné un achat en cours sur un site de e-commerce à cause d’un mot de passe oublié, et 49% d’entre eux renoncent s’il faut remplir un formulaire d’identification, selon un sondage publié mardi par Ifop et Dashlane.

« Acheter ses cadeaux de Noël sur internet, c’est normalement un gage de confort et de rapidité. La réalité est tout autre. Les impératifs de sécurité sur internet imposent identifiants et mots de passe, et de remplir des formulaires toujours plus complexes pour parvenir à passer commande« , souligne l’étude.

Ces difficultés « impactent directement l’économie en ligne« , résument l’institut Ifop et l’entreprise Dashlane spécialisée dans la sécurité et la simplification numériques.

Ainsi, 49% des personnes interrogées indiquent avoir renoncé à acheter en ligne à cause d’un formulaire d’identification permettant de finaliser leur achat. 30% ont également déjà abandonné un achat sur un site d’e-commerce à cause d’un mot de passe oublié.

La fonction « mot de passe oublié » a déjà été utilisée par presque 9 Français sur 10 (86%), note également le sondage.

Pourtant, utiliser ses mots de passe sur internet « est un geste quotidien pour 84% des Français, dont un tiers déclare l’effectuer plus de 5 fois par jour, tandis que plus d’un Français sur deux remplit un formulaire au moins une à deux fois par jour« .

« De nombreux sites marchands perdent l’avantage majeur qu’ils offrent par rapport au commerce traditionnel. S’il est aussi compliqué et frustrant d’acheter en ligne qu’en magasin, autant se déplacer« , selon Ifop et Dashlane.

« Facteur aggravant« , souligne l’étude, « la population qui expérimente davantage ces barrières dans l’acte d’achat est celle qui dispose du pouvoir d’achat le plus important et qui est la plus adepte du e-commerce, c’est-à-dire les catégories socioprofessionnelles supérieures (34%) et les Français âgés de 35 ans et plus (32%)« .

L’enquête a été menée par l’Ifop pour Dashlane du 23 au 25 octobre auprès d’un échantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française.

Par Le e-commerce pâtit des mots de passe oubliés dans consommation fpa, publié le 19/11/2013 à 05:00, mis à jour à 05:00 à http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-entreprise/un-francais-sur-trois-a-renonce-a-un-achat-en-ligne-a-cause-d-un-mot-de-passe-oublie-sondage_44266.html

Comment mesurer et maximiser votre ROI sur les réseaux sociaux ?

22 novembre 2013 • 3 Commentaires • Analysese-reputationInfographie

Il y a quelques années, les budgets alloués aux réseaux sociaux ne représentaient que 1% du budget marketing moyen. Depuis quelques temps, ces budgets s’accroissent de plus en plus.
Un fait qui résulte du temps que chaque internaute passe sur le net et sur ces réseaux à travers les différents supports qui existent aujourd’hui…

Quels sont les principaux réseaux sociaux que les entreprises prévoient d’accroitre ?

Emarket

Source: Emarketer

Ces budgets et le temps passé dessus en valent-ils réellement la peine ? Pourquoi favoriser les réseaux sociaux plutôt que d’autres supports classiques tels que la radio, TV… ?
Mdg Advertising a établi quelques chiffres clefs :

76 % des entreprises font désormais appel aux réseaux sociaux pour des objectifs commerciaux.
64 % des marketeurs intègrent le social media à leurs plans.
74 % des responsables Marketing déclarent vouloir intégrer du social media pour maximiser leur ROI l’année prochaine.

Quels sont les avantages du social marketing pour les entreprises ?
-    Renforce le trafic sur le site à hauteur de 68%
-    Accroît le nombre de fans et de mentions positives à ordre de 63%
-    Augmente les ventes à près de 15%

Comment mesurer votre ROI sur les réseaux sociaux ?

1.    Définissez vos objectifs :
•    Conatif : Acquérir de la notoriété, Attirer des clients,
•    Affectif : Générer du contact, Fidéliser vos clients, sensibilisation à la marque
•    Cognitif : campagne de promotion complémentaire, référencement, relai d’informations…
•    Commercial : générer ou accélérer les ventes

2.    Déterminez vos indicateurs de mesure !
De nombreux indicateurs existent désormais pour mesurer vos données :
•    L’exposition : nombre de fans / Fréquence et nombre de posts
•    L’influence : Nombre et qualité des mentions, liens hypertextes, influence de vos followers…
•    Engagement de vos fans : Likes, commentaires, partages / trafic / qualité des followers…
•    Transformation en acheteurs : participants à vos évènements, nombre de prospects sur votre base de données…
•    Vente et fidélisation : Chiffre d’affaires, nombre de ventes et reventes…

Capt

3.    Sélectionnez vos indicateurs de mesure :
•    L’indispensable Google Analytics pour mesurer le trafic sur votre site/blog
•    Facebook Statistiques pour vous informer sur votre audience et les mentions
•    Les outils analytics pour Twitter : TopsyFoller.meTweetreach, ou encore Hootsuite
•    Mesurez votre influence avec Klout, Peerindex, Twenty Feet…

L’approche de Jeremiah Owyang formalise les familles d’indicateurs à fournir à chaque personne en fonction de son rôle.

Pyr

Source : The Social Media ROI Pyramid Framework.

Petit Conseil : A chaque fin de mois, tâchez de faire un tableau résumant vos résultats. Vous vous référerez à ce même document pour faire le point sur l’évolution de votre marque sur les réseaux sociaux.

Comment maximiser votre ROI sur les réseaux sociaux?

1.    Sachez faire la différence entre les différents réseaux sociaux. L’exemple de base : Twitter Vs Facebook.
Le premier vous permettra de construire votre marque, en postant fréquemment des informations sur votre entreprise, votre environnement.
Quant au second, il est le lieu idéal pour établir des relations avec vos fans, accroître leur engagement, les fidéliser.

2.    Accusez bonne réception des messages de vos fans et followers ! Lorsqu’un de vos fans like ou commente une de vos publications, répondez-lui, n’hésitez pas à le suivre en retour… Profitez de l’occasion pour fidéliser vos clients, attirer de nouveaux prospects. Vos fans / followers prennent note de l’attention que vous leur apportez, attirant des clients potentiels.
Cette démarche est d’autant plus valable lorsque la réaction de votre fan est négative. Faites preuve de diplomatie, répondez de manière positive et tentez d’apporter une réponse à son problème. L’humour peut être une solution gagnante, mais ne s’applique pas à chaque cas, donc attention !

3.    Contrôlez les messages promotionnels. Les réseaux sociaux représentent un moyen idéal de vous engager et établir des relations avec vos clients et prospects, une fois fidélisés, vous pourrez alors les faire agir.

4.    N’hésitez pas à donner votre avis : commenter, retweeter, partager, repiner leurs messages. Ce sont vos fans et followers qui relaieront vos informations, qui vous feront découvrir à leur entourage et feront votre notoriété.
A ce propos, selon Accenture76% des acheteurs se fient aux informations des personnes qu’ils connaissent !

5.    De plus en plus d’entreprises recrutent via les réseaux sociaux ! En effet, 64% des entreprises ont déjà recruté via les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Linkedin…)

Qu’en adviendra-t-il- de votre entreprise dans quelques années ? Vous obtiendrez la réponse en mesurant votre ROI…

@Sarratad

Publié à http://guidesocialmedia.com/2013/11/comment-mesurer-et-maximiser-votre-roi-sur-les-reseaux-sociaux/?goback=%2Enpv_181314871_*1_*1_name_NIP3_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_prof*5sb*5browse*4map*5name_*1%2Eanb_4671115_*2_*1_*1_*1_*1_*1#%21

NATURE & DÉCOUVERTES DÉPLOIE L’ENCAISSEMENT MOBILE SUR TABLETTE AVEC GENERIX GROUP

Dans le cadre de sa stratégie cross-canal et digitale, Nature & Découvertes innove dans ses nouveaux magasins pour faire vivre à ses clients une expérience toujours unique.

NATURE & DÉCOUVERTES DÉPLOIE L'ENCAISSEMENT MOBILE SUR TABLETTE AVEC GENERIX GROUP dans Distribution 13064,Nature_Decouverte_valide-Client

Dans ses magasins, imaginés comme « des lieux atypiques pour les curieux de nature », Nature & Découvertes souhaite faire vivre à ses clients une expérience unique, l’imagination et les sens en éveil. Un parcours inédit pour découvrir des produits étonnants, beaux, originaux, porteurs d’histoires et de sens.Dans ces lieux riches en découverte et en innovation, Nature & Découvertes souhaite que chaque visite soit plus surprenante et agréable pour ses clients. C’est pourquoi l’enseigne modernise le passage en caisse de ses magasins grâce à l’utilisation d’une tablette mobile d’encaissement, créée par Generix Group, éditeur de logiciels collaboratifs pour l’écosystème du commerce.

Déjà équipé de la solution d’encaissement et d’exploitation des magasins Generix Collaborative Customer (GCC), lui permettant d’optimiser le confort et la productivité du point d’encaissement de ses magasins, Nature & Découvertes a testé ce nouveau système connecté d’encaissement auprès de la clientèle de ses magasins pilotes de centres commerciaux franciliens (dont Vélizy 2). Après des tests concluants, la marque a équipé un magasin en avril à Bègles (33). Il est envisagé de mettre en place ce système sur l’ensemble des magasins Nature & Découvertes courant 2015.

11539,Nat-Decouvertes-tablette-complete- dans INNOVATION


« Les vendeurs peuvent maintenant visionner l’ensemble du catalogue sur tablette avec le client, se connecter à son compte fidélité et passer en revue les actualités de la marque. Mais l’innovation ne s’arrête pas là puisque désormais, une fois son choix fait, le client n’a plus à faire la queue en caisse ! Les vendeurs peuvent scanner le produit avec la tablette, recevoir un paiement par carte bleue et imprimer le ticket sans passer en caisse »
, se réjouit Josselin Ollier, Directeur des Systèmes d’Information de Nature & Découvertes.

« Proposer des services innovants demeure une priorité pour offrir une expérience unique à nos clients. Après le marketing sensoriel, les concepts de magasins axés sur la démonstration, la montée en puissance de notre site e-commerce, les services de Click & Reserve et de Click & Collect ou encore les tablettes favorisant le Store-to-Web, Nature & Découvertes poursuit le développement de son dispositif cross-canal avec l’encaissement mobile », explique Patrick Lerigner, Directeur Général de Nature & Découvertes.

Plateforme cross canal, Generix Collaborative Customer permet aux distributeurs de se connecter sur le back office existant (CRM, ERP, BI, …) pour exécuter en temps réel et de façon unifiée les actions de promotion, fidélité et vente sur l’ensemble des applications front-office (encaissement, sites web, mobiles, réseaux sociaux, etc.).

Avec GCC Promotion, la satisfaction du client est augmentée en lui proposant tout au long de son parcours d’achat différents avantages personnalisés qui favorisent son impulsion d’achat.

Generix Group met à la disposition des enseignes son service GCC Loyalty pour optimiser la conversion des consommateurs en client fidélisé en lui offrant, en plus d’avantages personnalisés, un programme d’acquisition et d’utilisation des points de fidélité.

Les règles de promotion et de fidélisation peuvent être mutualisées entre plusieurs enseignes d’un même groupe : points de fidélité, coupon de réduction, carte cadeau, chèque fidélité, etc.

 

 

Source: http://www.generixgroup.com/fr/actualites/communiques/11550,nature-et-decouvertes-cross-canal.htm?goback=%2Enpv_181314871_*1_*1_name_NIP3_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_*1_prof*5sb*5browse*4map*5name_*1%2Eanb_4671115_*2_*1_*1_*1_*1_*1#%21

 

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio