Archive pour 20 septembre, 2013

Raynal & Roquelaure, épargné par la crise de la viande de cheval

Raynal & Roquelaure, épargné par la crise de la viande de cheval dans ACTEURS 000161456_5
© Raynal et Roquelaure

Le fabricant français de plats cuisinés appertisés a vu son activité progresser en volume sur le premier semestre 2013, malgré le scandale sur la viande de cheval. Parallèlement, le numéro deux du secteur réorganise ses activités industrielles.

Des volumes en hausse de 1,5 % sur un an (à fin août 2013), une part de marché en progression de 1,5 point à 18,4 %, sur la même période. C’est la performance étonnante du fabricant français de plats cuisinés Raynal et Roquelaure, basé à Capdenac (Aveyron). Le numéro deux français du secteur, derrière le groupe de Monique Piffaut, Financière Turenne-Lafayette (marques William Saurin, Garbit…) n’a pas, ou peu, été impacté par la baisse des ventes de plats cuisinés en France sur le premier semestre 2013, lié au scandale de la viande de cheval. Et cela, malgré un marché en forte chute : -7 % en volume, en cumul annuel à fin août 2013, et -5,6 % en valeur, selon les données du panéliste Kantar, fournis par Raynal & Roquelaure.

« Sur tous les tests ADN que nous avons effectués au printemps, aucun n’a décelé la présence de viande de cheval dans nos plats cuisinés. Aucun de nos produits n’a été retiré des magasins », a souligné le 19 septembre, Florence Guillon, la directrice marketing du groupe. Le groupe, qui possède également la marque Zapetti, assure s’approvisionner à 80% en France dans ses achats de bœuf, sans passer par des traders.

SPÉCIALISATION DES TROIS SITES DE PRODUCTION

Mais le groupe qui fabrique aujourd’hui à 46 % pour les marques de distributeurs (contre 54 % il y a quatre ans), devrait voir pourtant son chiffre d’affaires reculer cette année, à 132 millions d’euros, contre 137 millions en 2012. « L’activité des MDD n’est pas très rentable pour nous, qui nous oblige à gagner en compétitivité », a reconnu Norbert Glemet, directeur général de Raynal et Roquelaure. Un segment qui a, en plus, vu ses ventes chuter de 7,2 % en volume, sur un an, à fin août 2013.

Fin 2012, le groupe a lancé un plan de restructuration industrielle à horizon 2014, sans fermeture de site, mais visant à réduire l’activité de son usine de Sainte-Livrade (Lot-et-Garonne), entraînant la suppression de 41 postes dont 19 licenciements. « L’activité en conserves MDD à Sainte-Livrade n’était plus rentable. Nous sommes dans une logique de spécialisation des sites par activité », explique Norbert Glemet. Saint-Livrade, dont la superficie va passer de plus de 22 000 m2 à 7 000 m2, est désormais dédié aux plats appertisés micro-ondables, tandis que celui de Capdenac-sur-Gare (Aveyron) se spécialise dans les conserves en boites rondes avec des plats cuisinés français (cassoulets…). L’usine devrait recevoir 2,6 millions d’euros d’investissements en 2013 et voir ses capacités annuelles passer de 13 000 à 22 000 tonnes. L’usine de Camaret (Vaucluse) reste, elle, dédiée à la fabrication de plats italiens/exotiques et des sauces en boites. Au total, la direction, espère gagner 20 % de compétitivité en main d’œuvre et 5 % de baisses de couts au global d’ici à 2014, en partie réalisés grâce au déploiement du lean manufacturing.

Adrien Cahuzac pour l’Usine Nouvelle à http://www.usinenouvelle.com/article/raynal-roquelaure-epargne-par-la-crise-de-la-viande-de-cheval.N205312

A LIRE SUR LE MÊME SUJET

 

 

 

 

 

 

Les poulets Gastronome (groupe Terrena) dans les sandwiches des restaurants KFC

 

Jeudi 19 septembre, à Paris, l’industriel de la volaille Gastronome (groupe Terrena, Ancenis, Loire-Atlantique) signe un contrat d’approvisionnement des restaurants KFC.
 Les dirigeants de Gastronome et de l’enseigne de restauration rapide KFC (Kentucky fried chicken) signeront leur partenariat dans un restaurant KFC de Paris, en présence de Guillaume Garot, le ministre délégué à l’Agroalimentaire.

Gastronome (1 800 éleveurs) fournira 2 000 t de viande de volaille aux restaurants KFC, lors de la première année du contrat.

Les deux partenaires envisagent une coopération sur le long terme. Elle permet aux éleveurs de volailles de Terrena de trouver un nouveau débouché et à Gastronome de faire tourner ses usines.

De son côté, l’enseigne KFC pourra communiquer auprès de ses clients sur l’origine française de ses produits.

Publié par Ouest-France  à http://www.angers.maville.com/actu/actudet_-Les-poulets-Gastronome-groupe-Terrena-dans-les-sandwiches-des-restaurants-KFC_fil-2399314_actu.Htm

 

 

 

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio