Forte hausse des défaillances dans l’agroalimentaire

Les défaillances ont bondi de 9,7 % au premier semestre.

Difficile début d’année pour l’industrie agroalimentaire, un des fleurons de l’économie française, réputé plutôt résistant aux situations de crise. Les défaillances d’entreprises dans le secteur ont augmenté de près de 10 % au premier semestre 2013, par rapport à la même période de l’année précédente, selon l’Association nationale des industries alimentaires (Ania). D’une manière générale, ces défaillances sont liées aux tensions accrues sur les trésoreries. Mais elles s’expliquent aussi par les difficultés de certains secteurs. « Les entreprises manquent de confiance, de visibilité et de débouchés à peu près à parts égales », commente l’Ania.

Environnement instable

Les chiffres du deuxième trimestre sont encore plus instructifs que ceux du premier. En effet, près de la moitié de la croissance provient du non-renouvellement des stocks, précise l’Insee. Les entreprises abordent la fin de l’année avec prudence, parce que« leurs capacités financières sont limitées eu égard à l’atonie de la demande et à l’âpreté des négociations commerciales ». La prudence est de règle dans « un environnement macroéconomique et géopolitique toujours aussi instable », dont témoignent les tensions récentes sur le marché des matières premières. Prudence aussi parce que les entreprises peinent à décrypter la politique économique du gouvernement.

Dans cet environnement, on ne s’étonnera pas que la production industrielle agroalimentaire ait baissé de 1,2 % sur le semestre. C’est le cas en France mais aussi ailleurs en Europe, surtout en Espagne et en Angleterre (près de 3 % dans les deux cas). Seule l’Allemagne a préservé son niveau de production tout en affichant une plus forte hausse des prix que ses voisins (+ 3,7 % contre + 2 % en France. L’export, traditionnellement dynamique, n’a progressé que de 1,3 %, du fait de la timidité des partenaires commerciaux. Seule performance, celle du « chiffre d’affaires en hausse de près de 3 % liée à un effet mix prix, qui devrait s’estomper au cours des derniers mois de l’année », selon l’Ania.

Marie-Josée Cougard, Les Echos publié à http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/actu/0202983303149-forte-hausse-des-defaillances-dans-l-agroalimentaire-600726.php
Écrit par Marie-Josée COUGARD, Journaliste , mcougard@lesechos.fr
 


Répondre

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio