Archive pour 4 juin, 2012

DE TOUS LES COINS DU MONDE

 EEn quelques années, l\'offre de \'snacking\' a considérablement évolué. Après les sandwiches, hamburgers et autres salades, on a notamment vu apparaître les box ou cup. Lancées par Sodebo, elles ont été reprises depuis par une multitude de marques. Véritable phénomène, la box a bousculé les codes jusqu\'ici bien établis et l\'offre a littéralement explosé. Centrées sur les pâtes (avec plus de 70% de l\'offre), ces petites boîtes se déclinent aujourd\'hui sous différentes versions : salades, risottos, quenelles ou soupes avec une multitude de marques (Lustucru, Sodebo, Barilla ou Weight Watchers), Du côté des produits frais, saluons les mini-légumes à croquer ! Après les tomates cerises, les baby carrots et les radis débarquent dans nos rayons. Prêts à consommer, ils se présentent dans un emballage individuel, et permettent d\'apporter équilibre et fraîcheur à son repas sur le pouce. Parmi les innovations apparues ces dernières années, on trouve pêle-mêle, le croque-monsieur ou la pizza micro-ondable, les boissons autochauffantes, les compotes en gourde pour adulte (avec un format plus imposant et donc plus rassasiant, une texture plus épaisse, des recettes plus originales), les soupes en canettes, les chips, à base de pommes de terre et de soja, allégées en matière grasse, ou les mini-yaourts à boire. Pour surfer sur la tendance du \'manger sain\', la société Crud\'wich a lancé le sandwich… sans pain : la salade remplace la baguette de pain et est enroulée autour de la garniture. Parallèlement aux innovations produits, il faut également citer les nouveaux concepts de restauration. On connaissait déjà les bars à soupe ou à pâtes, dont le succès va croissant depuis quelques années. Il faut maintenant compter avec de nouvelles idées telles que la boulangerie/bar/restaurant, le bar à purée, le self-service yaourts, les bars à sushis, ou encore les lieux de restauration \'tout en un\' à mi-chemin entre restaurant, supermarché et cafétéria.

EEn quelques années, l’offre de ‘snacking’ a considérablement évolué. Après les sandwiches, hamburgers et autres salades, on a notamment vu apparaître les box ou cup. Lancées par Sodebo, elles ont été reprises depuis par une multitude de marques. Véritable phénomène, la box a bousculé les codes jusqu’ici bien établis et l’offre a littéralement explosé. Centrées sur les pâtes (avec plus de 70% de l’offre), ces petites boîtes se déclinent aujourd’hui sous différentes versions : salades, risottos, quenelles ou soupes avec une multitude de marques (Lustucru, Sodebo, Barilla ou Weight Watchers), Du côté des produits frais, saluons les mini-légumes à croquer ! Après les tomates cerises, les baby carrots et les radis débarquent dans nos rayons. Prêts à consommer, ils se présentent dans un emballage individuel, et permettent d’apporter équilibre et fraîcheur à son repas sur le pouce. Parmi les innovations apparues ces dernières années, on trouve pêle-mêle, le croque-monsieur ou la pizza micro-ondable, les boissons autochauffantes, les compotes en gourde pour adulte (avec un format plus imposant et donc plus rassasiant, une texture plus épaisse, des recettes plus originales), les soupes en canettes, les chips, à base de pommes de terre et de soja, allégées en matière grasse, ou les mini-yaourts à boire. Pour surfer sur la tendance du ‘manger sain’, la société Crud’wich a lancé le sandwich… sans pain : la salade remplace la baguette de pain et est enroulée autour de la garniture. Parallèlement aux innovations produits, il faut également citer les nouveaux concepts de restauration. On connaissait déjà les bars à soupe ou à pâtes, dont le succès va croissant depuis quelques années. Il faut maintenant compter avec de nouvelles idées telles que la boulangerie/bar/restaurant, le bar à purée, le self-service yaourts, les bars à sushis, ou encore les lieux de restauration ‘tout en un’ à mi-chemin entre restaurant, supermarché et cafétéria.

EEn quelques années, l’offre de ‘snacking’ a considérablement évolué. Après les sandwiches, hamburgers et autres salades, on a notamment vu apparaître les box ou cup. Lancées par Sodebo, elles ont été reprises depuis par une multitude de marques. Véritable phénomène, la box a bousculé les codes jusqu’ici bien établis et l’offre a littéralement explosé.

Centrées sur les pâtes (avec plus de 70% de l’offre), ces petites boîtes se déclinent aujourd’hui sous différentes versions : salades, risottos, quenelles ou soupes avec une multitude de marques (Lustucru, Sodebo, Barilla ou Weight Watchers), Du côté des produits frais, saluons les mini-légumes à croquer ! Après les tomates cerises, les baby carrots et les radis débarquent dans nos rayons. Prêts à consommer, ils se présentent dans un emballage individuel, et permettent d’apporter équilibre et fraîcheur à son repas sur le pouce.

Parmi les innovations apparues ces dernières années, on trouve pêle-mêle, le croque-monsieur ou la pizza micro-ondable, les boissons autochauffantes, les compotes en gourde pour adulte (avec un format plus imposant et donc plus rassasiant, une texture plus épaisse, des recettes plus originales), les soupes en canettes, les chips, à base de pommes de terre et de soja, allégées en matière grasse, ou les mini-yaourts à boire.

Pour surfer sur la tendance du ‘manger sain’, la société Crud’wich a lancé le sandwich… sans pain : la salade remplace la baguette de pain et est enroulée autour de la garniture.

Parallèlement aux innovations produits, il faut également citer les nouveaux concepts de restauration. On connaissait déjà les bars à soupe ou à pâtes, dont le succès va croissant depuis quelques années. Il faut maintenant compter avec de nouvelles idées telles que la boulangerie/bar/restaurant, le bar à purée, le self-service yaourts, les bars à sushis, ou encore les lieux de restauration ‘tout en un’ à mi-chemin entre restaurant, supermarché et cafétéria.

Source: l’Indépendant à http://www.lindependant.fr/2012/05/05/de-tous-les-coins-du-monde,135819.php

Auchan lance un premier supermarché biologique

Auchan ouvre son « Cœur de Nature » à Brétigny-sur-Orge, pour proposer une offre 100 % biologique ou labélisée développement durable.

Auchan lance un premier supermarché biologique dans ... marches coeur-La famille Auchan ne cesse de s’agrandir. Après un premier Auchan City et une première supérette A2Pas l’an dernier, le groupe inaugure aujourd’hui à Brétigny-sur-Orge (Ile-de-France) l’enseigne Cœur de Nature. Ce supermarché de 1 000 mètres carrés est entièrement dédié aux produits biologiques ou labélisés développement durable.

«Nous proposons tous les produits du quotidien afin de répondre à un inconvénient majeur pour le consommateur de produits biologiques: il n’arrive pas à réaliser l’ensemble de ses achats dans un seul magasin», explique Guy Verdier, directeur général de Cœur de Nature. Dans cet ancien magasin de textiles rénové, le client trouvera de tout: des pâtes et des confitures, mais aussi des plantes, du petit électroménager, des jouets ou encore des surgelés bio. «C’est un exemple d’une gamme qui n’est souvent pas suffisamment développée dans les magasins spécialisés. C’est un assortiment que nous avons choisi d’étoffer, tout comme le rayon maquillage ou encore les produits pour bébés», explique Loïc Nedellec, directeur du magasin. En tout, 13 000 références sont proposées, dont 2 000 produits à marque distributeur, qui sont d’ailleurs la seule référence à la maison mère. «Certains fournisseurs ont néanmoins refusé de voir leurs produits biologiques cohabiter avec les nôtres dans nos rayons», remarque Guy Verdier. C’est l’une des raisons pour lesquelles Auchan a choisi de développer une enseigne spécialisée. Le nom «Auchan Nature» a même été écarté.

Un marché de 4 milliards d’euros

L’inverse est aussi vrai: «Nous n’avons pas sélectionné beaucoup de produits bio de grandes marques, comme Herta, pour ne pas brouiller le message. En plus des produits entrée de gamme Auchan, le client trouvera des marques nationales comme Bjorg et quelque 9 000 produits de marques spécialisées, fournis par 200 nouveaux fournisseurs», explique Yves Belin, ancien responsable des produits bio chez Auchan.

C’est à travers ces différents niveaux de prix que l’enseigne veut «rendre le bio accessible à tous», car le prix reste le frein principal pour 77 % des non-acheteurs d’après l’Agence Bio. Cœur de Nature propose de nombreux produits en vrac, du thé et du riz jusqu’au shampoing et à l’huile d’olive. «Nous nous engageons également à proposer des prix bas sur 110 produits labélisés “Panier bon plan” tout au long de l’année», explique Loïc Nedellec.

Avec Cœur de Nature, Auchan s’attaque à la fois aux enseignes spécialisées - dont NaturéO, qui ressemble le plus à Cœur de Nature - et aux grandes surfaces. Ces dernières occupent désormais près de la moitié d’un marché qui a doublé en l’espace de quatre ans et atteint 4 milliards d’euros l’an dernier, selon l’Agence Bio. «Si ce magasin fonctionne, il y en aura d’autres, de préférence encore plus grands. On peut aller jusqu’à 2 500 mètres carrés », explique Guy Verdier. Il ne souhaite pas donner d’objectif de ventes, mais précise que le point mort se situe à 4,2 millions d’euros par an pour un investissement de 1,8 million d’euros.

Source: Le Figaro.fr à http://www.lefigaro.fr/societes/2012/05/14/20005-20120514ARTFIG00627-auchan-lance-un-premier-supermarche-biologique.php

Par Annelot Huijgen Publié le 14/05/2012 à 19:52

Les industriels à l’assaut du marché du snacking

Les grands groupes qui fabriquent des barres céréalières se disent intéressés par le label Feel Good, qui offrira davantage de visibilité aux produits estampillés «sains»
Les grands groupes qui fabriquent des barres céréalières se disent intéressés par le label Feel Good, qui offrira davantage de visibilité aux produits estampillés «sains»Crédits photo : DR

C’est un juteux marché pour les industriels, dopé par le grignotage et les pauses-café.

Les industriels à l'assaut du marché du snacking dans -- comportements alimentaires coeur-Avec le label Feel Good, qui offrira davantage de visibilité aux produits estampillés «sains», les fabricants de boissons et de snacking voient d’abord une occasion de redorer leur blason, huit ans après l’interdiction des distributeurs automatiques dans les écoles. «Ce nouveau label et le coup de jeune donné aux machines vont revaloriser ce circuit de distribution et l’image d’une profession qui a été injustement montrée du doigt, estime Jean-René Pellicer, responsable du développement des nouveaux réseaux chez Nutrition et Santé (Gerblé, Gerlinéa, Céréales Bio…), leader européen en diététique, qui réalise 350 millions d’euros de chiffre d’affaires en France. La distribution automatique et la nutrition peuvent faire bon ménage et permettre de diversifier l’offre.»Tous les grands groupes qui fabriquent produits laitiers, barres céréalières ou snacking se disent intéressés par cette initiative. Premier industriel à s’être engagé, Kellogg’s y voit une véritable opportunité. «Cela peut contribuer à faire évoluer les habitudes en matière de snacking et per­mettre de gagner de nouveaux consommateurs, explique Olivier Vernier, directeur commercial de Kellogg’s France, qui réalise 300 millions d’euros de chiffre d’affaires. Nous voulons développer, grâce à ce label, la pénétration et la visibilité de nos barres céréalières.» Deux références de barres Spécial K (fruits rouges, chocolat), déjà vendues, figureront dans les machines relookées. Le groupe, qui va lancer de nouveaux produits à base de fruits et de chocolat faiblement caloriques d’ici à mi-2013, entend bien étoffer sa présence. «Notre objectif est de doubler le chiffre d’affaires de notre activité en-cas dans les cinq ans à venir», ajoute Olivier Vernier. Cette activité représente un peu plus de 10 % du chiffre d’affaires en France, contre 50 % aux États-Unis.

Des habitudes bien ancrées

Si les barres céréalières se glissent aisément dans les distributeurs automatiques, tous les industriels ne disposent pas d’une offre adaptée, avec un packaging réduit et résistant. Nutrition et Santé, qui réalise déjà 10 % de ses ventes (hors circuits spécialisés) dans ces machines, a créé un conditionnement dédié pour ces nouveaux distributeurs. Il a mis au point un format «pocket», moins haut et plus étroit, pour son biscuit complet aux germes Gerblé. «Ce label et ce circuit nous permettent d’élargir notre cible», estime Jean-René Pellicer, qui y voit un «vecteur de notoriété» pour ses produits spécialisés. C’est le cas également de La Courtisane, une PME d’Agen, qui vendra ses soupes de fruits et légumes. Parmi les marques de boissons, Cacolac devrait également faire son entrée dans les distributeurs Feel Good. D’autres industriels pourraient bientôt adhérer à cette initiative. Mais il leur faut d’abord alléger leurs recettes ou adapter leur packaging.

Reste à faire franchir le pas aux clients. «Les consommateurs achètent plutôt des produits qu’ils connaissent déjà dans les distributeurs automatiques, estime Bertrand Jacoberger, patron de la marque N.A!, qui s’intéresse à la démarche. Un petit nombre de produits réalisent le gros des ventes.» Pas facile de se faire une place, d’autant plus que les boissons sont bien plus achetées que les snacks, un domaine où Kinder Bueno (Ferrero), la barre chocolatée la plus vendue en France, reste incontournable.

Par Keren LentschnerPublié le 03/06/2012 à 18:58

Publié par Le Figaro à http://www.lefigaro.fr/societes/2012/06/03/20005-20120603ARTFIG00184-les-industriels-a-l-assaut-du-marche-du-snacking.php

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio