Accueil ECONOMIE . REGIONS . . Bretagne . Laïta met « de l’intelligence » dans ses yaourts

Laïta met « de l’intelligence » dans ses yaourts

5 min lues
0
29
  • Christian Couilleau, directeur général de Laïta (au centre), avec Dominique Chargé, président.

    Christian Couilleau, directeur général de Laïta (au centre), avec Dominique Chargé, président.

Leader pour le beurre. Laïta, dont le siège est à Gouesnou (Finistère), est le numéro 1 hexagonal pour le beurre. L’entreprise est née en 2009 de la fusion des activités laitières des coopératives Even et Coopagri (Finistère) et Terrena (Loire-Atlantique). « Dans un marché du beurre en régression, nous progressons de 7,5 %, se félicite Christian Couilleau, directeur général de Laïta. Nous gagnons également des parts de marché avec nos fromages fouettés ‘ Mme Loïc ’ grâce à la publicité et au lancement de trois nouveaux produits par an. » Le tout dernier est un fromage fouetté au poivron rouge. L’entreprise veut conquérir une clientèle plus jeune et plus féminine. Les beurres, fromages et autres yaourts sont fabriqués « sans exhausteur de goût, ni agent de texture, ni colorant »De moins en moins de produits basiques. Outre les produits de grande consommation vendus en magasins, Laïta fournit des ingrédients aux industriels. « Nous fabriquons des poudres fermentées qui entrent dans la fabrication de plats cuisinés, de pâtisseries, chocolats, indique le directeur général. Nous produisons davantage pour l’alimentation humaine et moins de poudres basiques pour l’alimentation animale. Nous voulons mettre de l’intelligence dans nos produits laitiers. » Laïta exporte un tiers de ses fabrications et développe une gamme d’ingrédients halal.

« Nourrettes » pour les bébés prématurés. Ces petits biberons ont été créés en 2011 pour alimenter les bébés nés avant terme. Laïta nourrit aussi les malades avec des potions protéinées. La nutrition santé est son troisième grand métier. Une centaine de techniciens et d’ingénieurs travaillent dans les services recherche et développement. Mais l’entreprise finistérienne ne se désintéresse pas des gros volumes destinés aux marchés des pays émergents. « Nous avons créé un système de prix différencié A et B en fonction des débouchés, indique Dominique Chargé, le président de Laïta. En 2011, le prix A (94 % de la production)était de 340 €/1 000 litres et le B, 315 €. »

100 millions d’euros d’investissements. Programmés sur les vingt-quatre prochains mois, ils serviront à la modernisation des huit tours de séchage et des lignes de fabrication. L’entreprise, qui emploie 2 230 salariés, a recruté soixante CDI en 2011 et accueilli trente apprentis. Elle en formera cinquante autres en 2012.

Jean-Paul LOUÉDOC.

Publié par Ouest France à http://www.ouest-france.fr/actu/AgricultureDet_-Laita-met-de-l-intelligence-dans-ses-yaourts-_3640-2067424_actu.Htm

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans . Bretagne .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les 10 meilleurs lancements de produits de 2010

Environ 30 000 nouveaux produits de grande consommation sont lancés chaque année en Europe…