Eurofins Scientific multiplie les acquisitions

Par Armelle Bohineust | Publié le 03/04/2012 à 20:16 | Mise à jour le 03/04/2012 à 20:16

Le leader mondial spécialiste de l’analyse biotechnologique vise un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2013.

Plus  grand, plus international, et donc…luxembourgeois. Pour les dirigeants de la société créée à Nantes en 1987, le transfert du siège social au Luxembourg, le 31 mars n’est qu’une étape logique dans la croissance effrénée d’Eurofins. «Nous avons pris le statut de société européenne en 2007 et nous réalisons déjà 82 % de notre chiffre d’affaires hors de France», assure le directeur financier d’Eurofins, Hugues Vaussy.

L’Allemagne est le premier marché du groupe, avec 21 % des ventes, suivie de la Scandinavie, la France et l’Amérique, à égalité avec 18 % de l’activité chacun. Eurofins a d’ailleurs annoncé mardi deux acquisitions en Belgique (Envirocontrol, une entreprise belge qui fournit des analyses des sols et de l’eau) et aux Pays-Bas (Labco, un prestataire d’analyses agroalimentaires), qui en font le leader au Benelux.

Eurofins, qui emploie 10.000 personnes dans trente pays, a une équipe dédiée au suivi et à l’étude des acquisitions potentielles. Et il conclut quantité d’achats ou de partenariats. Il a réalisé l’an dernier les deux plus grosses opérations de son histoire, avec le rachat de l’américain Lancaster, au chiffre d’affaires égal à 115 millions de dollars, et du Français IPL. La société d’analyse a annoncé la semaine dernière le rachat d’une activité d’analyse du chimiste allemand BASF aux États-Unis.

 

Métaux et pesticides traqués

De quoi se rapprocher plus vite que prévu de son objectif fixé à un milliard d’euros de chiffre d’affaires. Il sera atteint en 2013, a indiqué le leader mondial de l’analyse des produits agroalimentaires et pharmaceutiques et des sites pollués. Un bond par rapport au chiffre d’affaires de 829 millions d’euros en 2011. Mais, Eurofins, qui a dégagé l’an dernier une marge nette de 57 millions d’euros et qui affichait fin décembre une dette de 250 millions, soit 0,8 fois les fonds propres, a les moyens de financer cette croissance.

Eurofins entend ainsi s’imposer comme leader sur un marché, sans autre acteur mondial. La croissance externe et les partenariats constituent aussi pour le groupe un moyen de pister toutes les innovations, qu’il s’agisse de nouvelles molécules à analyser ou de technologies dernier cri.

Son spectre d’activité est particulièrement large. Eurofins compte 20.000 clients dans le monde, des grands de la pharmacie comme Sanofi ou Novartis, aux géants de l’agroalimentaire et de la distribution (Danone, Wal Mart, Coca Cola…), en passant par les acteurs de la pétrochimie ou de la filière déchets. Pour eux, Eurofins teste la qualité, la sécurité et la pureté d’ingrédients destinés à l’alimentation ou la pharmacie. Il traque pesticides et métaux lourds ou vérifie la présence de vitamines. Enfin, il analyse l’eau, l’air, ou encore les sites et les sols pollués. Autant d’activités prisées par les industriels… et par les actionnaires. Le titre, coté à Paris a gagné plus de 3 % mardi, affichant une hausse de 137 % en trois ans.

source: Le Figaro Bourse à http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/eurofins-scientific-multiplie-les-acquisitions-174553

 


Répondre

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio