Archive pour 27 février, 2012

Le bio est en constante progression en France

par Laura Béheulière, Mardi 14 février 2012

Le bio est en constante progression en France

4 Français sur 10 consomment bio régulièrement

A l’occasion de son dixième anniversaire, l’Agence Bio a présenté un bilan plus que positif de la situation de la filière bio. Même si tous les objectifs du Grenelle de l’environnement n’ont pas été atteints, l’agriculture et le marché des produits biologiques sont en effet en constante progression.

Surfaces certifiées bio multipliées par deux, marché de l’alimentation bios’approchant des 4 milliards d’euros… En 10 ans, le bio s’est indéniablement immiscé dans notre société. « Il y a eu une évolution spectaculaire ! », résume Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, groupement d’intérêt public à l’origine de ces données, et selon lequel les exploitations françaises bio sont passées de 10 364 en 2001 à 23 100 en 2011. Le nombre d’entreprises de stockage, de transformation et de distribution certifiées a lui aussi doublé, tandis que le marché de l’alimentation bio a quasiment quadruplé, passant de 1 milliard en 2001 à 3,5 milliards d’euros en 2010.

D’après l’Agence Bio, l’offre des produits bio est par ailleurs de plus en plus grande et diversifiée, ce qui permet de toucher un public beaucoup plus large, comme le montre l’apparition des plats préparés bio. Une progression des produits bio dans la restauration collective a également été enregistrée, et d’une manière générale les consommateurs, réguliers et fidèles, achètent de plus en plus. « Il y a une convergence, un développement de plus en plus harmonieux, entre l’offre et la demande », résume Mme Mercier.

Le prix reste toutefois le principal frein à l’achat de produits bio. Selon l’Agence Bio, pour qui les prix sont supérieurs de 15 à 20% en sortie de production par rapport aux produits conventionnels, l’explication de ce différentiel est simple : « Les circuits sont différents, donc les prix aussi. C’est surtout dû au fait que le bio est transporté en quantités beaucoup plus réduites. En outre, il y a un meilleur rapport qualité-prix, le produit n’est pas le même. »

Le bio est en constante progression en France dans -- comportements alimentaires Le_bio_est_en_constante_progression2-1024x685

(suite…)

La restauration rapide, marché de 32 milliards d’euros, tient salon à Paris

La restauration rapide, marché de 32 milliards d'euros, tient salon à Paris dans ... marches afp - Publié le 15/02/2012 à 10:26

 Sandwich du boulanger, croque-monsieur au bistrot, pâtes en "box" pour micro-ondes ou encore salade chic et bio au "fast good", la restauration rapide n'en finit pas de se diversifier et de se développer.

Sandwich du boulanger, croque-monsieur au bistrot, pâtes en « box » pour micro-ondes ou encore salade chic et bio au « fast good », la restauration rapide n’en finit pas de se diversifier et de se développer.

Sandwich du boulanger, croque-monsieur au bistrot, pâtes en « box » pour micro-ondes ou encore salade chic et bio au « fast good », la restauration rapide n’en finit pas de se diversifier et de se développer.

Elle est passée d’un marché de moins de 20 milliards à plus de 32 milliards d’euros en 7 ans.

(suite…)

PARIS – Le snacking pour sauver les derniers bistrots

PARIS – Auparavant champions du jambon-beurre et du croque-monsieur, les bistrots n’ont pas su prendre le virage de la restauration rapide, perdant une clientèle partie dans les fast-food.

Mais ils peuvent encore se mettre au snacking sous peine de disparaître, assurent les professionnels.

Dans les années 50/60, la France comptait 200.000 bistrots, contre moins de 35.000 aujourd’hui, même pas un par commune.

Notamment parce qu’ils « n’ont pas su prendre le virage de la restauration rapide », estime Bernard Boutboul, directeur du cabinet spécialisé Gira Conseil.

(suite…)

Lur Berri accroît son emprise dans l’alimentaire

Devenu actionnaire de référence dans les produits festifs Labeyrie, la coopérative agroalimentaire basque Lur Berri entend accompagner tous les modes actuels de consommation. Elle devrait plus que doubler son activité cette année.

Lur Berri accroît son emprise dans l'alimentaire dans achats fusions reorganisations 291634_0201907106904_web

Après être passé en janvier dernier de 49,8 à 62,9 % du capital d’Alfesca (propriétaire depuis 2004 du landais Labeyrie), le groupe Lur Berri, basé à Aïcirits (Pyrénées-Atlantiques), s’apprête à plus que doubler de volume au fil de l’année 2012. L’exercice clos le 31 août 2011 affiche un chiffre d’affaires consolidé de 610 millions d’euros (+ 30,2 %) et un résultat net consolidé de 17 millions. La récente montée dans le capital d’Alfesca et diverses autres opérations de croissance externe laissent augurer pour l’année en cours des ventes totales supérieures à 1,3 milliard d’euros. Lur Berri comptait à l’été dernier 750 salariés et 5.000 coopérateurs.

(suite…)

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio