Archive pour 3 février, 2012

Agroalimentaire : la coopérative Coralis dote Agrilait d’une nouvelle image

Agrilait35 – La marque Agrilait, portée par la coopérative d’Ille-et-Vilaine Coralis, change d’image. Avec cette nouvelle identité, la marque cherche à développer son marché, notamment en Loire-Atlantique et en Mayenne. Créée en 1982, la marque commercialise des produits (beurre, crème, lait) à partir du lait collecté chez 700 producteurs dans un rayon de 40 kilomètres autour de Cesson-Cevigné où est basée la laiterie. Coralis emploie 580 salariés et dispose de 11 000 m2 de surface dédiée à la transformation du lait. Le groupe coopératif laitier réalisait en 2009 un chiffre d’affaires de 266 M€ (source Coface).
Téléchargez le(s) document(s) :

Enquête emploi 2012 – Fonctions marketing et commerciales

Cette enquête a été menée auprès de 865 personnes via un questionnaire en ligne
sur Jobmarketingvente entre le 5 et le 22 janvier 2012.Cliquez ici pour accéder directement aux résultats détaillés

  Synthèse des résultats
DIFFICULTE A TROUVER UN NOUVEL EMPLOI : LE PIRE SCORE DEPUIS 5 ANS !

Retour de la crise et hausse du chômage ? Ils sont désormais 81,5 % à estimer que trouver un nouvel emploi s’avère de plus en plus difficile, voire très difficile : c’est une progression de 4,6 pts par rapport à 2011. Et c’est le score le plus élevé depuis 5 ans !

% de répondants qui estiment que trouver un emploi est assez ou très difficile :

Janvier 2008 Janvier 2009 Janvier 2010 Janvier 2011 Janvier 2012
75.5 % 76.8 % 80.6 % 76.9 % 81.5 %
REMUNERATION : UNE INSATISFACTION GRANDISSANTE…

Pression sur les salaires ? 48,6 % estiment être mal rémunérés soit + 3,2 points vs 2011. Tout comme la difficulté à trouver un nouvel emploi, c’est une fois encore le pire résultat enregistré depuis 5 ans !

Conséquences pour les commerciaux : le salaire devient de plus en plus un critère de choix essentiel pour un nouvel emploi.

% de commerciaux pour lesquels le salaire est un critère de choix pour un nouvel emploi :

Janvier 2008 Janvier 2009 Janvier 2010 Janvier 2011 Janvier 2012
22.1 % 18.8 % 23.7 % 25.2 % 27.3 %
ENVIE DE CREER SON ENTREPRISE : ON NE SE BOUSCULE PLUS AU PORTILLON…

Impact direct des plans sociaux récents et fermetures d’usines ? Désillusion du statut d’auto-entrepreneur ? Toujours est-il que marketeurs et commerciaux ne se bousculent plus au portillon pour créer leur entreprise ! Le constat est sans appel: le nombre de candidats à la création d’entreprise a chuté de plus de 4 points en 5 ans : 22,2% contre 26,9%. Et c’est une fois encore le pire score enregistré depuis 2008.

% de répondants ayant l’intention de créer leur entreprise dans les 5 années à venir :

Janvier 2008 Janvier 2009 Janvier 2010 Janvier 2011 Janvier 2012
26.9 % 24.2 % 29.3 % 24.6 % 22.2 %
MAUVAISE AMBIANCE AU TRAVAIL ET CHARGE DE TRAVAIL : UNE NETTE DETERIORATION

L’ambiance au travail s’est détériorée cette année : Ils sont désormais 21,3 % à la trouver carrément mauvaise (+ 1 point vs 2011) !

Quant à la charge de travail, elle s’est alourdie : elle est jugée trop importante pour 46,4 % d’entre eux soit + 1,9 points vs 2011. Les horaires sont parfois à rallonge : ils sont 22,9 % à travailler plus de 11 heures par jour !

PLUS DE 80% SONT STRESSES !

Conséquence : le stress professionnel est en forte progression par rapport à l’an dernier: + 3,5 points à 80,3 %.

Chez les commerciaux, c’est l’atteinte des objectifs qui reste la raison numéro 1 du stress à 33,7 %. La charge de travail arrive en seconde position à 22,1 %, suivie de la pression hiérarchique à 14,1 % et de l’ambiance au travail à 13,6 %.

Chez les marketeurs, la première raison du stress (34,1 %) c’est la charge de travail, suivie à 20,4 % de l’atteinte des objectifs et de l’ambiance dans l’entreprise à 16,2 %. La pression hiérarchique arrive quant à elle en 4ème position à 12,6 %.

LE TRAVAIL C’EST LA SANTE !

Une note plutôt réjouissante : 70,6 % continueraient à travailler même s’ils gagnaient la super cagnotte du loto ! Comme quoi, malgré toutes les difficultés, les insatisfactions et le stress, le travail c’est la santé !

  Résultats détaillés Enquête emploi 2012 - Fonctions marketing et commerciales dans emploi retour_haut  

Cliquez sur une question pour voir les résultats :

Comment trouvez-vous l’ambiance au sein de votre entreprise ?
En moyenne, combien d’heures par jour travaillez-vous ?
Comment estimez-vous votre charge de travail ?
Etes-vous stressé(e) dans l’exercice de votre emploi ?
Vous avez déclaré être stressé(e). Selon vous, votre stress est essentiellement dû à :
Comment jugez-vous votre rémunération ?
Que pensez-vous de votre parcours professionnel jusqu’à aujourd’hui ?
Pour vous, personnellement, trouver un nouvel emploi dans une nouvelle entreprise vous semble :
Avez-vous l’intention de changer d’entreprise ?
Si oui, pour quelle(s) fonction(s) ?
Quel est votre principal critère de choix pour un nouvel emploi ?
Accepteriez-vous un emploi dans une région française autre que celle où vous résidez actuellement ?
Si oui, dans quelle(s) région(s) ?
Accepteriez-vous un emploi à l’étranger ?
Si oui, dans quelle(s) région(s) du monde ?
Avez-vous l’intention de créer votre propre entreprise dans les 5 années à venir ?
Si vous gagniez la super cagnotte du loto, continueriez-vous quand même à travailler ?

  Comment trouvez-vous l’ambiance au sein de votre entreprise ? retour_haut dans Etudes donnees  
Total Hommes Femmes Fonction Marketing Fonction Vente Cadres Non cadres
Très bonne 13.6 % 14.4 % 13.0 % 13.9 % 13.4 % 12.8 % 15.1 %
Bonne 32.7 % 29.9 % 34.9 % 37.8 % 28.7 % 34.6 % 29.5 %
Normale, ni bonne ni mauvaise 32.3 % 34.0 % 31.0 % 27.9 % 35.8 % 32.9 % 31.3 %
Assez mauvaise 17.1 % 16.5 % 17.6 % 17.4 % 16.9 % 15.6 % 19.9 %
Très mauvaise 4.2 % 5.2 % 3.4 % 3.0 % 5.1 % 4.2 % 4.2 %
< Bac + 2 Bac + 2/3 Bac + 4/5 - de 25 ans 25 – 34 ans 35 – 44 ans 45 – 54 ans
Très bonne 12.8 % 12.4 % 14.3 % 24.2 % 13.8 % 8.3 % 16.8 %
Bonne 21.3 % 30.2 % 35.8 % 33.3 % 36.0 % 34.1 % 24.8 %
Normale, ni bonne ni mauvaise 48.9 % 32.6 % 29.4 % 33.3 % 29.6 % 33.3 % 35.6 %
Assez mauvaise 12.8 % 20.2 % 16.5 % 9.1 % 18.0 % 18.9 % 15.8 %
Très mauvaise 4.3 % 4.7 % 3.9 % 0.0 % 2.6 % 5.3 % 6.9 %
  En moyenne, combien d’heures par jour travaillez-vous ? retour_haut  
Total Hommes Femmes Fonction Marketing Fonction Vente Cadres Non cadres
Moins de 8 heures 13.8 % 7.2 % 18.8 % 15.9 % 12.2 % 4.8 % 29.5 %
Entre 8 et 10 heures 63.3 % 62.9 % 63.6 % 67.2 % 60.2 % 66.4 % 57.8 %
Entre 11 et 12 heures 18.5 % 24.2 % 14.2 % 14.9 % 21.3 % 23.5 % 9.6 %
Plus de 12 heures 4.4 % 5.7 % 3.4 % 2.0 % 6.3 % 5.2 % 3.0 %
< Bac + 2 Bac + 2/3 Bac + 4/5 - de 25 ans 25 – 34 ans 35 – 44 ans 45 – 54 ans
Moins de 8 heures 14.9 % 15.5 % 12.9 % 27.3 % 18.0 % 7.6 % 9.9 %
Entre 8 et 10 heures 53.2 % 58.1 % 67.4 % 60.6 % 67.2 % 65.2 % 54.5 %
Entre 11 et 12 heures 25.5 % 19.4 % 16.8 % 9.1 % 11.1 % 24.2 % 27.7 %
Plus de 12 heures 6.4 % 7.0 % 2.9 % 3.0 % 3.7 % 3.0 % 7.9 %
(suite…)

Tipiak enregistre une croissance de 6 % en 2011

Au cours du deuxième semestre de l’année 2011, le rythme de croissance dynamique du premier semestre a été confirmé et s’est équilibré entre les deux secteurs pour Tipiak. Sur l’année, les ventes ont cru de 6 % contre 2,2 % en 2010. Le secteur « froid » progresse de 6,1 % contre 1,9 % en 2010 et le « sec » de 5,8 % contre 2,9 % en 2010. La croissance du groupe est tirée par les ventes à l’international qui progressent de 14 % et par la GMS (+9 %). Les hausses des couts de matières premières ont été partiellement répercutées dans les prix de ventes des produits. Aussi, malgré la progression des ventes, le montant de la marge brute devrait se maintenir au niveau de 2010. Néanmoins, le résultat opérationnel devrait être en net retrait. Pour 2012, le groupe, évoluant dans un environnement incertain, va s’appuyer sur ses atouts stratégiques.

Le 02 février 2012 par CAMILLE HAREL

lu sur LSA à http://www.lsa-conso.fr/tipiak-enregistre-une-croissance-de-6-en-2011,127716?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Lsa-rss+%28LSA+-+Grande+consommation+et+distribution%29#xtor=RSS-7

 

 

Les Bretons, champions d’Europe de technique porcine

Les Bretons, champions d'Europe de technique porcine dans - Bretagne 120203p6S’il reste un domaine d’activité qui ne souffre pas de la comparaison en terme de compétitivité avec nos voisins européens, notamment du Nord, c’est bien la production porcine. Avec 1,32 €/kilo de carcasse de coût de revient en 2010, les éleveurs bretons se placent au premier rang, devant leurs collègues français mais surtout devant les cadors européens que sont les Allemands, les Danois, les Hollandais et les Espagnols. Emmanuel Lemercier et Philippe Le Vannier, chefs de marché Triskalia, en donnaient les raisons, vendredi dernier, lors de l’assemblée générale du groupement porc, en présentant leur étude des différents bassins de production.

Prolificité

Le mérite revient, tout d’abord, aux éleveurs. Leur compétence technique les place au premier rang en terme de performances. Les Bretons sèvrent (en 2010) 28,6 porcelets par truie productive contre 24,8 pour les Allemands et 24 pour les Espagnols. Seuls les Danois dépassent également la barre des 28 sevrés mais avec un taux de pertes de truies de 15 % contre 4 % en Bretagne. « Une question de génétique », avance Philippe Le Vannier, pour expliquer ces pertes. Au total, la truie bretonne produit 2098 kilos de carcasse. Les Danois sont largement distancés (ils abattent plus légers). Seuls les Pays-Bas résistent avec 2065 kilos produits. En terme d’indice de consommation, les Bretons sont dépassés par les Hollandais (2,8 contre 2,73). « Ils nourrissent à sec et 100 % de l’aliment est acheté », précise le technicien. Les bâtiments y sont plus récents et les densités sont respectées. L’Espagne souffre globalement de ses faibles performances techniques.

Des céréales et des ports à proximité

Grâce à ses centrales d’achat, ses ports, la fabrication à la ferme et la proximité des régions céréalières, le prix de l’aliment en Bretagne (199 €/t en moyenne 2006-2010) se situe au deuxième rang, après l’Allemagne (197 €/t) qui bénéficie des mêmes avantages et du transport fluvial. Seule l’Espagne (234 €/t) décroche sur ce paramètre (importation d’aliments et transport plus onéreux). Le coût de gestion des effluents donne un nouvel avantage à la Bretagne. Seule l’Espagne fait mieux. Les Pays-Bas ont un coût nettement supérieur en raison de l’obligation d’exporter vers l’Allemagne de plus en plus exigeante sur les normes sanitaires. En Allemagne aussi, ce coût de gestion est élevé en raison du transfert inter région. Malgré un prix du béton supérieur aux pays nordiques, la place de maternité ou d’engraissement n’est pas plus élevée que chez ces voisins. « Aux Pays-Bas, les éleveurs doivent acheter des droits à produire qui atteignent 300 € par truie ou 125 € la place d’engraissement ». Le prix du foncier joue de drôles de tours aux Danois, majoritairement propriétaires  (30 000 €/hectare). Sa baisse actuelle plombe le bilan des exploitations et rend l’accès au crédit plus difficile (prêts hypothécaires). Sans parler de l’installation, quasiment impossible hors cadre familial. La structure même des exploitations bretonnes est un atout dans la compétition européenne. « Les élevages sont naisseurs engraisseurs à 95 %, avec un lien au sol relativement fort. Ils permettent une bonne maîtrise du sanitaire en évitant les flux d’animaux, de plus en plus nombreux dans le nord de l’Europe. Les éleveurs sont certains de remplir leurs bâtiments ». L’engraissement valorise la partie naissage, plus exigeante, plus technique.  Bernard Laurent

(suite…)

Bilan GfK 2011 : croissance pour les smartphones et tablettes

Les ventes de produits high-tech baissent de 4,7 % en France en 2011, selon l’institut d’études GfK. Seuls les smartphones et les tablettes connaissent une forte croissance.
01net.
le 01/02/12 à 08h40

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio