Labeyrie, l’Islande, c’est fini.

3 min lues
2

Depuis 2009, Lur Berri détenait 49,9% de la société agroalimentaire Alfesca, qui détient les marques LabeyrieDelpierre et Blini.

Avec le fonds LBO FranceLur Berri rachète aux actionnaires islandais leur participation dansAlfesca qui s’élevait à 46,3%. La coopérative agricole devient ainsi majoritaire au capital d’Alfesca, rebaptisée pour l’occasion Labeyrie Fine Foods, avec désormais 62,9% du capital. Pour sa part, LBO France détient désormais 33,3% du capital. Le management demeure au capital à hauteur de 3,8%.

Labeyrie est donc à nouveau 100% français. Le Président de Lur BerriSauveur Urrutiaguer et son Directeur GénéralOlivier Gemin se félicitent de cette opération, qui est le prolongement d’une fructueuse collaboration ayant animé les équipes des deux groupes depuis 10 ans (Lur Berri fournit 100 % des besoins en canards gras à Labeyrie Fine Foods).

« Cette évolution importante donne un nouvel élan à la stratégie agroalimentaire européenne du groupe Lur Berri, qui sera renforcé par le solide portefeuille de marques de Labeyrie Fine Foods et consolidera les partenariats de Lur Berri avec ses clients. Nous avons pleinement confiance en l’équipe en place, animée par Xavier Govare, pour mener à bien le développement de Labeyrie Fine Foods », a commenté Sauveur UrrutiaguerPrésident de Lur Berri.

Selon Xavier Govare, après l’épisode islandais, qui restera une période « très dynamique en croissance organique et externe », le développement du groupe suivra la même stratégie, basée sur les métiers de l’alimentation plaisir.

Rappelons que Lur Berri est un groupe coopératif du Sud-Ouest de la France, réalisant un chiffre d’affaires consolidé de 610 millions d’euros et développant des activités agricoles auprès de 5000 agriculteurs. Grâce au rachat de Labeyrie,Lur Berri doublera presque son chiffre d’affaires, qui passera à 1,2 milliards d’euros.

Source : agro-media.fr avec le communiqué de Lur Berri.

Lu sur: http://www.agro-media.fr/news/newsletter-n112-f%C3%A9vrier-2012?id=7#7

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans . Achats fusions réorganisations .

2 Commentaires

  1. climat islande

    13 février, 2012 à 12:04

    Preuve qu’on peut recapitaliser en France non ?

    Répondre

    • pepite

      13 février, 2012 à 12:56

      Tout à fait. Particulièrement dans l’agro. Encore faut-il trouver des « financiers » convaincus.

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Boscher la découpe de poulets bretons pour l’Europe

La découpe de poulets bretons, pour l’Europe   Quittant Saint-Caradec (22) avec ses …