Les résidus laitiers, une solution verte pour les emballages alimentaires

6 min lues
1

Des chercheurs financés par l’UE affirment aujourd’hui disposer d’une solution qui pourrait permettre de protéger les aliments et de conserver leur fraîcheur en remplaçant les matières pétrochimiques par des dérivés laitiers.

Klaus Noller du Fraunhofer Institute for Process Engineering and Packaging a déclaré hier (11 janvier) que cette découverte sonnait le glas des films plastiques hermétiques qui sont difficiles à recycler et non biodégradables.

L’UE veut réduire les déchets d’emballage

Cette invention pourrait renforcer les politiques européennes favorisant l’utilisation accrue des matériaux recyclables et biodégradables et permettre à l’UE de respecter sa promesse de ne plus avoir recours à la mise en décharge d’ici 2020. Ces objectifs semblent aujourd’hui irréalisables dans plusieurs Etats membres.

La directive relative aux déchets stipule que les Etats membres devront fournir des plans d’action pour la réduction des déchets d’ici au 12 décembre 2013. La directive relative aux emballages et aux déchets d’emballages établit des normes et des objectifs en matière de recyclage.

Le principal composant de l’emballage du Fraunhofer Institute est le lactosérum, le lait mouillé résultant de la formation du lait caillé dans la fabrication du fromage.

M. Noller a expliqué que son équipe a utilisé du lactosérum en poudre et l’a transformé en un revêtement humide qui est appliqué comme une laque sur le film transparent des contenants d’alimentation. Ce système bloque l’oxygène et l’humidité qui peuvent contaminer la viande et les plats préparés.

Il est aussi efficace que les polymères pétrochimiques actuels et peut être développé pour le commerce quasiment au même prix, a-t-il précisé. Le seul inconvénient est que les chercheurs ne sont pas encore parvenus à appliquer ce revêtement en lactosérum aux boîtes moulées en plastique ou en d’autres matières.

L’institut allemand a travaillé en collaboration avec des producteurs laitiers, des entreprises d’emballage et de recyclage au cours des trois dernières années pour enfin présenter ce que M. Noller pense être un produit pouvant remplacer les matières non biodégradables d’ici deux ans. Un projet pilote est déjà en cours en Slovénie, a-t-il affirmé.

Contrairement aux matières non renouvelables, l’enduit d’étanchéité à base de lactosérum se dissout facilement, donc le plastique entre autres peut être recyclé, a expliqué le chercheur du Fraunhofer.

Le projet « Wheylayer » (film de lactosérum en français) a reçu 3,3 millions d’euros du programme-cadre de l’Union européenne et implique des collaborateurs allemands, hongrois, slovènes, italiens, espagnols et irlandais.

Rien qu’en Allemagne, 640 kilomètres carrés d’emballages contenant des polymères pétrochimiques seront produits en 2014 : suffisamment pour recouvrir le lac Constance qui borde l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse.

PROCHAINES ÉTAPES :
  • 12 déc. 2013 : La directive relative aux déchets stipule que les 27 Etats membres devront fournir des plans d’action pour la réduction des déchets.
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans INNOVATION

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le codéveloppement : secrets d’une approche puissante et pragmatique de développement professionnel

  Une démarche aux origines canadiennes, basée sur l’échange de pratiques, l’entraide…