« La taxe sodas n’a aucun lien avec une politique sanitaire »

A l’occasion d’une visite éclair en France, la PDG de Kraft Foods ne s’est pas contentée de commenter la taxation à venir des boissons sucrées. Irene Rosenfeld assure aussi que les produits de snacking de son groupe n’ont aucun lien avec l’épidémie d’obésité.

Irene Rosenfeld, PDG de Kraft Foods (AFP)Irene Rosenfeld, PDG de Kraft Foods (AFP)

Irene Rosenfeld, la présidente directrice générale de Kraft Foods était à Saclay (Essonne), ce jeudi 20 octobre pour inaugurer le nouveau centre européen de recherche et développement de son groupe. Un investissement de 15 millions d’euros qui va employer 120 personnes dont 70 ingénieurs, 10 nutritionnistes et 12 pâtissiers.

L’occasion pour elle d’affirmer la stratégie de son groupe, basée sur un portefeuille de grandes marques spécialisées dans le grignotage. « Nous sommes en train de bâtir Global Snacking, un groupe mondial issu de la scission de nos actuelles activités », a-t-elle indiqué.

Annoncé en août dernier, la scission de Kraft Foods en deux entreprises, passe en effet par la séparation des marques de snacking et de confiserie, de ses activités d’épicerie sur le marché nord-américain. Numéro deux mondial de l’agroalimentaire, spécialisé dans les biscuits, le chocolat, le café et les produits d’épicerie, Kraft est connu pour ses marques mondiales telles que Carte Noire, Oreo, Toblerone, Milka, Cadburry, Philadelphia, ainsi que des les marques de biscuits acquises en 2009 avec le rachat des biscuits Lu (Prince, Pim’s, Granola…) au groupe Danone.

A contre courant du discours ambiant sur les dangers de la malbouffe et du grignotage et alors que les députés français s’apprêtent à imposer une taxe sur les boissons sucrées, la patronne de Kraft entourée de son staff européen a rejeté les accusations dont ses produits font l’objet dans l’épidémie d’obésité.

« La taxe française sur les sodas n’a aucun lien avec une politique sanitaire, nous ne sommes pas concernés » a commencé par affirmer la présidente de Kraft avant de se lancer dans un plaidoyer pro-domo : « L’obésité a de nombreuses causes, et à notre connaissance, aucune preuve scientifique n’a jamais été apportée permettant de faire un lien entre nos produits et cette maladie ». Le groupe rappelle toutefois qu’il s’efforce d’améliorer en permanence la qualité nutritionnelle de ses recettes en réduisant le sel, le sucre et les acides gras saturés.

Jean-François Arnaud

source: challenge, http://www.challenges.fr/entreprise/20111020.CHA5973/la-taxe-sodas-n-a-aucun-lien-avec-une-politique-sanitaire.html

 


Autres articles

Répondre

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio