L’aventure Sodeb’O à l’honneur dans le dernier livre de l’économiste Michel Godet

8 min lues
2

L’auteur revient sur l’histoire de la société vendéenne, aujourd’hui leader français du marché traiteur frais.

L’aventure Sodeb’O à l’honneur dans le dernier livre de l'économiste Michel Godet

L’aventure Sodeb’O à l’honneur dans le dernier livre de l'économiste Michel Godet

Des Français qui réussissent à force de travail et de volonté, des entrepreneurs qui connaissent le succès, c’est possible.
Le dernier livre de Michel Godet en apporte la preuve. Dans son ouvrage « Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur », l’économiste fait mentir l’idée reçue selon laquelle il est définitivement impossible d’espérer dans l’économie.

En 330 pages, Michel Godet donne des raisons d’espérer. Il revient sur le parcours de quatorze hommes et des femmes de terrain, partis de rien et qui sont aujourd’hui à la tête de sociétés florissantes au rayonnement national voire international. 
Quatorze « héros » qui, « au-delà de toute attente et souvent dans des conditions difficiles, ont su rebondir à partir d’eux-mêmes et d’initiatives innovantes et ambitieuses ». 

A force d’efforts et de détermination, ces “conspirateurs du futur” sont aujourd’hui à la tête de grandes entreprises employant, pour certaines, des centaines de personnes.
 

Dans ses portraits, Michel Godet a choisi un Vendéen ! Il revient en effet sur l’incroyable saga de Joseph Bougro.

Etonnant parcours que celui d’un simple charcutier traiteur de Saint Georges de Montaigu qui croyait en son projet.

360 millions d’euros de chiffre d’affaire et 2000 collaborateurs plus tard, le groupe Sodeb’O est désormais leader français du marché traiteur frais.

Sans le savoir, l’homme a en effet fondé il y a quarante ans l’un des principaux groupes agroalimentaires de France, dont les produits sont aujourd’hui distribués dans toute l’Europe.

C‘est en 1960 que Joseph Bougro reprend une charcuterie à Saint Georges de Montaigu. Dans ce petit bourg du bocage vendéen, les premières années sont dures, et Joseph n’a qu’une idée en tête : développer l’activité de traiteur. Il se lance donc à corps perdus dans cette aventure.

Ses bouchées à la reine et autres préparations font le démarrage de son succès. Les premiers employés sont embauchés, une vingtaine de bouchers de la région diffusent ses produits. Tranquillement mais surement, la saga est lancée.
En 1972, Joseph Bougro achète un terrain dans une zone industrielle pour construire son premier bâtiment industriel dont il fera lui-même la maçonnerie.

La première unité de fabrication de charcuterie industrielle de la Sodebo (Société des établissements Bougro) voit le jour en 1974. Le succès est rapide. Très vite, avec le développement de la grande distribution, les produits Sodebo se vendent au rayon charcuterie des supermarchés.

Quatre ans plus tard, la tarte à la tomate produite depuis quelques années devient la fameuse pizza fraiche et rapidement un produit phare de l’entreprise. Finies les barquettes en aluminium, une « idée de génie »relève Josée Pochat dans Valeurs Actuelles. Une nouvelle activité voit alors le jour, consacrée aux produits traiteurs (charcuterie pâtissière et tarte salée).

L’entreprise se développe. Les difficultés des premières années appartiennent dorénavant au passé: en six ans, le chiffre d’affaires de la petite entreprise familiale est passé de 3 à 30 millions de francs.

Comme le rappelle Josée Pochat, « Oublié le banquier qui avait glissé à Mme Bougro : « Vous voyez votre salle à manger ? Avec le mari que vous avez, vous n’aurez bientôt plus rien. » Oubliés les courriers comme ceux du ministère du Commerce et de l’Industrie, où on leur répondait que leur projet ne tenait pas la route et ne présentait pas d’intérêt pour la collectivité. »

Toujours en avance sur ses concurrents, Joseph Bougro est à l’affût de nouvelles idées.
En 1996, innovation majeure: l’unité traiteur se dote d’une nouvelle ligne de fabrication, qui permet la cuisson des pizzas dans un véritable four à pierre. C’est cette même année qu’une pizza fraiche et savoureuse avec une pâte sans conservateur est lancée sur le marché. Elle sera élue en 1998, « produit de l’année », s’invitant rapidement dans toutes les cuisines de France.
Suivront galettes de blé noir, sandwichs, pizzas ovales, et les célèbres pates fraiches en boîte qui là encore créent l’événement.

Grâce à sa rage de vaincre, Joseph Bougro a transformé la petite fabrique vendéenne en l’un des groupes les plus dynamiques de l’agroalimentaire. 
Son secret ? Ne jamais se décourager, innover et investir sans relâche.

source: site du Conseil Général de Vendée

http://www.vendee.fr/actualites/3499/l-aventure-sodeb-o-a-l-honneur-dans-le-dernier-livre-de-l-economiste-michel-godet.htm

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans . ACTEURS .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Saupiquet en pleine innovation

Par Amelle Nebia, 14/03/2011 Saupiquet, qui fête ses 120 ans, innove tous azimuts. Nouveau…