Accueil ECONOMIE . ENTREPRISES . . ACTEURS . Unilever ne produira plus du thé Lipton made in France

Unilever ne produira plus du thé Lipton made in France

0
0
7

Unilever ne produira plus du thé Lipton made in France dans . ACTEURS .

Unilever ne produira plus du thé Lipton made in France

Le géant néerlandais va fermer son usine Fralib qui produit à Gémenos, près de Marseille, les thés Lipton et les infusions Eléphant. Ce site créé dans les années 30 emploie 182 salariés. L’annonce de la fermeture intervient en même temps que celle d’une nouvelle acquisition pour le géant de l’agroalimentaire.

meme_sujet dans . AGRO .

Grosse actualité pour Unilever. Après avoir annoncé lundi le rachat de l’américain Alberto Culver pour 3,7 milliards de dollars, le groupe néerlandais de biens de consommation annonce ce mardi une nouvelle acquisition en même temps que la fermeture d’une de ses usines en France.

La branche France a ainsi fait savoir son intention de fermer son usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), la seule dans l’Hexagone à fabriquer les thés Lipton et infusions Elephant. Le site, marqué par plusieurs années de tensions sociales, emploie 182 salariés.

Dans un communiqué, la direction de Fralib indique avoir présenté aux représentants du personnel, au cours d’une réunion du comité d’entreprise, son projet de « réorganisation industrielle ». « Après avoir étudié toutes les alternatives possibles, Unilever est contraint d’envisager l’arrêt des activités de Fralib à Gémenos ».

L’entreprise justifie ses intentions par « les difficultés structurelles d’Unilever sur le marché du thé et des infusions en Europe de l’Ouest » et les problèmes de compétitivité du site.

Selon la direction, Unilever a perdu en six ans 20% de ses parts de marché dans les trois zones (France, pays nordiques, Italie) où est vendu l’essentiel des productions de Fralib, face à la progression notamment des marques de distributeurs.

Mais pour les syndicats, la pilule est dure à passer. « C’est un scandale auquel on va s’opposer de toutes nos forces. Cela fait 78 ans que le thé est fabriqué en Provence, pas question qu’il parte d’ici », a dit à Reuters le délégué CGT de l’entreprise, Olivier Leberquier. « L’argument d’un manque de compétitivité ne tient pas. On va fabriquer à l’étranger des produits destinés au marché français », ajoute le représentant de la CGT. Le syndicat estime que la part des salaires sur une boîte de thé fabriquée à Gémenos est de 15 centimes sur un produit vendu en moyenne 2,60 euros.

 

Nouvelle acquisition

Parallèlement, Unilever a encore étendu son emprise dans le domaine de l’agroalimentaire en annonçant le rachat des marques et du réseau de distribution du glacier grec EVGA. « EVGA va conserver ses sites de production et de stockage et va produire à la fois les marques actuelles d’EGVA et certaines marques d’ Unilever pour le marché grec et l’exportation », a indiqué Unilever dans un communiqué, sans communiquer le montant de la transaction.

Créé en 1934, EVGA a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 32 millions d’euros. L’accord, qui doit encore être approuvé par les autorités grecques de la concurrence, prévoit le transfert de quelque 65 salariés chez Unilever.

latribune.fr - 28/09/2010, 16:25  

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans . ACTEURS .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Entretien avec Bernard Boutboul : « le marché de la restauration rapide se diversifie »

mercredi 1 février 2012 10:23  En 2011, le secteur de la restauration rapide a réalisé un …