ACM est à l’affût de nouvelles acquisitions

Spécialisée dans les analyses microbiologiques, la société veut racheter des petits laboratoires familiaux.

Pharmacien biologiste, Éric Petat a constitué avec son épouse à Bellegarde, non loin de Montargis (Loiret), un petit groupe spécialisé dans les analyses microbiologiques qui emploie désormais 75 personnes pour 7 millions de chiffre d’affaires. Entreprise en forte croissance, ACM vient de déménager sa principale composante, ACM Agro, dans un nouveau bâtiment en périphérie de la ville.

Sécurité et traçabilité

« Le marché des analyses dans l’agroalimentaire est en fort développement, explique le PDG, certaines crises comme celle de la vache folle ont accéléré les besoins de sécurité et de traçabilité ». ACM intervient notamment avec des analyses micro biologiques pour rechercher les contaminations microbiennes ou pathogènes dans les produits des artisans des métiers de bouche, dans la restauration collective, les abattoirs ou chez les industriels de l’agroalimentaire. ACM est ainsi en première ligne pour la recherche d’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine), de listéria ou de salmonelles. Avec un autre site à Sablé-sur- Sarthe (40.000 tests/an d’ESB), ACM Agro intervient sur la partie ouest du territoire, le Centre mais aussi la Bourgogne. « Notre force sur ce marché très concurrentiel, souligne Éric Petat, c’est notre réactivité, notre souplesse et la gamme de services que nous apportons aux clients ».

ACM récupère ainsi des marchés que les laboratoires publics dépendant des conseils généraux abandonnent progressivement. L’autre atout est de proposer une gamme complète de réponses avec également ACM Pharma pour des analyses de produits pharmaceutiques ou cosmétiques, et UPS pour des activités de formation continue. Toutes ses composantes progressent sensiblement. Ainsi ACM Pharma a vu son activité croître de 17 % en 2008 et ACM agro de 11 %.

Grâce à cela ACM est leader sur son marché régional. Mais Éric Petat veut aller au-delà, pour renforcer son maillage en Bretagne ou dans le Sud-Ouest. Il est donc à l’affût de croissance externe pour racheter d’autres petits laboratoires familiaux. Après avoir investi 2 millions d’euros dans son nouveau siège, il dispose désormais d’une base solide pour nourrir de nouvelles ambitions. « La sécurité alimentaire devient un enjeu majeur, se réjouit-il, des entreprises comme ACM sont donc portées par le marché pourvu qu’on veuille bien accompagner, voire anticiper, ce marché ».

Jean-Jacques Talpin, à Orléans

Source : La Tribune - 22/07/2010

 


Autres articles

Répondre

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio