Accueil ECONOMIE . ENTREPRISES . . ACTEURS . Aux USA, Danone met un pied dans les compléments alimentaires pour le 3ème âge

Aux USA, Danone met un pied dans les compléments alimentaires pour le 3ème âge

0
0
6

Les Etats-Unis, un marché auquel Danone s’intéresse de près.
Par le biais de sa division Nutrition, le géant français de l’agroalimentaire a acquis la totalité du capital de Medical Nutrition Inc, dont les produits sont écoulés principalement dans les institutions de soins aux personnes âgées. Un créneau jugé très porteur.
C’est une acquisition considérée modeste par les marchés, sur un créneau très spécifique, qu’à réalisée Danone le 11 juin 2010 aux Etats-Unis. Déboursant 62 millions de dollars, le Français s’est offert la société Medical Nutrition Inc (MNI), dont le chiffre d’affaires était de 16 millions de dollars, soit 13 millions d’euros. Celle-ci est un pionnier sur le segment des compléments aussi bien protéiniques que destinés aux personnes âgées souffrantes et alitées : en 2003, elle a imaginé le concept de nutrition clinique en bouteilles pour ce public du 3 ème âge.

Les produits élaborés par MNI sont commercialisés dans le réseau des hôpitaux, cliniques de dialyses et maisons de retraites.
Le portefeuille de ces produits sera confié à la division Nutrition de Danone, qui a jeté un pont vers les Etats-Unis par le biais de la société Nutricia North America. Le siège de celle-ci se trouve à Rockville, dans l’Etat du Maryland. Le chiffre d’affaires de Nutricia s’est élevé à 70 millions de dollars en 2009.

L’un des atouts de la nouvelle conquête nord-américaine de Danone est son implantation dans les institutions de soins accueillant des personnes âgées alors que Nutricia se limitait au périmètre des pharmacies, canal commercial par lequel il écoulait principalement ses produits pour les nourrissons. En somme, une parfaite complémentarité commerciale, génératrice de potentiel.

Cette acquisition faite par Danone cadre avec la stratégie qu’avait esquissée Emmanuel Faber, directeur général délégué de ce spécialiste de l’agroalimentaire, dans une interview accordée l’an dernier au Figaro. Evoquant la nécessité de réduire l’endettement de Danone, Emmanuel Faber laissait entendre: «Nous envisageons des opérations de croissance externe pour des montants allant de quelques dizaines à quelques centaines de millions d’euros.»

Le 11 juin 2010 par Yann Le Houelleur

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans . ACTEURS .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pourquoi il faut en finir avec les allégations santé de l’agroalimentaire

Les « alicaments » doivent être soumis aux mêmes règles que les médi…