Accueil ECONOMIE . SECTEUR ACTIVITE . . AGRO . Ce qu’il faut savoir sur le marché du sandwich

Ce qu’il faut savoir sur le marché du sandwich

0
0
12

Le cabinet Gira Conseil vient de réaliser un état des lieux du marché du sandwich en France. Les points-clés à retenir.

1. En 2009, le chiffre d’affaires du marché du sandwich s’est élevé à environ 6,33 milliards d’euros, pour près de 1,960 milliard de sandwiches consommés, tous circuits de distribution confondus.

2. Les Français sont de plus en plus pressés. 1 h 38 mn le repas moyen hors domicile en 1975, 31 mn aujourd’hui !

3. En l’espace de 10 ans, la restauration rapide est passée de «malbouffe» à variée, équilibrée et saine.

4. L’évolution spectaculaire de l’offre a contribué aux très fortes croissances aussi bien en chiffre d’affaires qu’en volumes.

5. La restauration rapide alternative est arrivée avec les pâtes, le café, les salades et bien d’autres concepts qui se développent très vite sur le territoire Français.

6. La restauration rapide monte en gamme avec les offres de type Cojean (copiées à plus de 2 000 exemplaires en France), mais aussi avec les chefs triplement étoilés qui ouvrent leurs sandwicheries.

7. La restauration rapide low price initiée par Goütu en 2008, n’a pas l’air de convenir aux Français, plus attirés par la qualité que par le prix.

8. En 2008 et pour la première fois, la restauration rapide semble souffrir avec un nombre de repas toujours en hausse mais un chiffre d’affaires marquant le pas à cause d’une contraction de la dépense moyenne des clients. Les facteurs agissant défavorablement sur la restauration rapide depuis le début de l’année 2009 sont : La hausse du chômage, Le recul de la fréquentation touristique étrangère, Le moral des ménages en berne, De trop faibles revalorisations salariales, Le retour de la gamelle, L’intensification des nouvelles concurrences (circuits alimentaires alternatifs, le snacking…).

9. Le prix moyen du sandwich en France a régressé de -4,8% en 2009, à 3,23 €. Le consommateur a de plus en plus de facilité à trouver un sandwich là où il en a besoin, au moment où il en a besoin.

Bernard Boutboul : « La revendication ‘où je veux quand je veux’ devra trouver une réponse concrète »
Comment voyez-vous l’avenir de la restauration rapide ?

Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira Conseil : « La restauration rapide ne pourra plus être cantonnée à un sous-segment de la restauration commerciale : la restauration rapide vue en tant que mode de distribution a, en effet, connu un essor majeur à l’intérieur même de tous les circuits de la consommation alimentaire hors domicile recensés par Gira Conseil. Dans ce contexte, c’est réellement la demande qui créera l’offre, et non l’inverse. En d’autres termes : la revendication « quand je veux, où je veux » formulée par les consommateurs devra trouver une réponse concrète à tous les niveaux de la restauration rapide.

La restauration rapide va donc devenir une réponse à un besoin de praticité alimentaire clairement exprimé par les consommateurs et les frontières entre les circuits de distribution vont s’effondrer : boulangerie ou supermarché, sandwicherie ou bar brasserie, traiteur ou épicerie, le consommateur est prêt à acheter ses produits à emporter à n’importe quel endroit, tant que cela lui facilite la vie ! L’autre tendance, c’est la montée en gamme avec une vraie demande de qualité au niveau des produits.

Les conséquences ?
Le manque de temps incite la plupart des consommateurs à faire l’impasse sur les règles les plus élémentaires concernant l’équilibre alimentaire : pour que rapidité rime avec santé, la restauration rapide devra adapter son offre à cette problématique. Aspects nutritifs, variété alimentaire et prix constitueront les attentes fondamentales du consommateur de demain.

Outre l’offre nutritionnelle plus équilibrée, la défense de l’environnement aura-t-elle sa place ?
La sensibilité à l’environnement devient une réalité pour le consommateur : les acteurs de la restauration rapide devront nécessairement intégrer cet enjeu à leur offre et proposer des emballages et des produits respectueux de l’environnement (emballage, émission CO² de la logistique, mode de cuisson….).

Et pourtant la tendance, c’est « où je veux, quand je veux » ?
Oui, et le besoin de prises alimentaires de plus en plus rapide et à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit vont pousser les acteurs de la restauration rapide à développer des offres qui vont s’assimiler à du snacking hors domicile et ouvrir des portes aux réseaux de distribution émergeant sur ce segment (GMS, grands magasins, cinémas…).

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans . AGRO .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les meilleurs business plans

Médiatiser son entreprise, fêter un gros contrat, débaucher un concurrent, motiver son équ…