Accueil ECONOMIE . ENTREPRISES . . ACTEURS . Lactalis : la succession dans la continuité avec Daniel Jaouen

Lactalis : la succession dans la continuité avec Daniel Jaouen

0
0
11

Daniel Jaouen, le successeur de Michel Léonard à la présidence du directeur de Lactalis, prend ses fonctions ce jeudi.

L’arrivée de Daniel Jaouen à la présidence du directoire de Lactalis, troisième groupe laitier mondial, avait été organisée depuis de nombreux mois. Il succède ce jeudi à Michel Léonard qui, après quarante ans de bons et loyaux services auprès de la famille Besnier, part à la retraite. «C’est un homme qui connaît la maison depuis vingt ans», déclarait, confiant, ce dernier il y a encore peu de temps au sujet de son successeur.

Après des études supérieures d’agriculture, un troisième cycle de management agroalimentaire et un MBA de l’Institut de gestion internationale agroalimentaire et des sciences de la vie (IGIA), Daniel Jaouen est entré chez le leader fromager et laitier européen en 1989, comme contrôleur de gestion industriel. Il occupe ensuite différentes fonctions opérationnelles et devient en 2000 directeur général Europe, puis international depuis 2003. Son adage favori : «Pour vivre heureux, vivons cachés.» Il épouse en cela les valeurs du groupe familial, qui sont, selon lui, «le travail, la discrétion, la modestie et l’esprit entrepreneurial, et qui correspondent bien à ma personnalité», reconnaît-il. Il est vrai qu’Emmanuel Besnier, l’actuel PDG, qui a succédé en 2000 à son père, Michel, est un homme à la réputation de «forçat de travail» également décrit comme réservé et évitant soigneusement les photos. «Je travaille en liaison avec lui, et c’est une collaboration directe, simple et motivante», confie Daniel Jaouen.

Forte croissance du groupe
Le groupe mayennais, basé dans son fief de Laval, a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 9,3 milliards d’euros et emploie 38.000 salariés dans le monde. Ces dernières années, le groupe, spécialisé dans la collecte de lait et la transformation des produits laitiers (Président, La Laitière, Bridélice…), a connu une forte croissance. Il est implanté industriellement dans 21 pays et commercialement dans une quarantaine. Il reviendra à ce Breton de 45 ans de poursuivre son développement mondial. Pour l’heure, Daniel Jaouen, qui s’astreint au footing deux fois par semaine, devra avant toute chose se pencher sur la problématique du prix du lait. «L’année 2009 avait été sportive, mais 2010 s’annonce de même. Le prix de vente du lait à la collecte va augmenter, et il nous faudra répercuter cette hausse. Des discussions sont actuellement en cours avec les distributeurs. Quoi qu’il en soit, je suis motivé pour gérer au mieux cette situation, malgré le manque de visibilité.»

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans . ACTEURS .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les vertus de la peur du gendarme

La peur du gendarme aurait-elle des vertus en économie ? Manifestement, oui ! Contrairemen…