Le rapport Stiglitz passe un premier test mondial

10 min lues
1

Sébastien Falletti Envoyé spécial à Busan
28/10/2009 | Mise à jour : 20:31
figcom_sep_bulle=’avec’;| La commission présidée par Joseph Stiglitz a remporté un premier succès.
La commission présidée par Joseph Stiglitz a remporté un premier succès. Crédits photo : Le Figaro

Conviés par l’OCDE en Corée du Sud, les chefs statisticiens du monde entier s’interrogent sur un nouveau mode de calcul du PIB.

Le rapport Stiglitz passe un premier test mondial   dans . Sujet du moment . coeur- 

Conviés par l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) à Busan, au sud de la péninsule coréenne, les chefs statisticiens du monde entier ont commencé, cette semaine, à abattre le sacro-saint totem du produit intérieur brut (PIB) comme étalon universel du développement, pour donner sa chance à la mesure du «bien-être», voire du «bonheur». Un succès pour la commission Stiglitz commanditée par Nicolas Sarkozy, qui a passé son premier test international, lors de ce forum OCDE. «Maintenant, le défi est d’établir de nouveaux indicateurs internationaux», a expliqué Joseph Stiglitz. Mais l’échelle du bonheur universel n’est pas pour demain et l’établissement de nouvelles références statistiques s’annonce laborieux car chaque pays et institution internationale défend son pré carré.

«La crise économique a démontré les limites du développement basé uniquement sur la croissance économique», a reconnu le très libéral président sud-coréen, Lee Myung-bak, saluant le travail du Prix Nobel  américain. Une conversion qui reflète le virage de nombre de décideurs et d’organisations internationales depuis l’éclatement de la crise financière mondiale. Son propos qui ne détonait pas lors du forum sonne le glas du règne, sans partage depuis la Seconde Guerre mondiale, du PIB comme indicateur clé de la performance.

Une tâche titanesque

«La résistance s’amenuise», confirme un haut fonctionnaire international. À l’image de l’OCDE, dont le secrétaire général, Angel Gurria, surfe sur la vague pour donner une nouvelle raison d’être à son organisation qui fut longtemps le chantre de la croissance économique. «Nous devons aller au-delà des chiffres de production pour fonder un système centré sur le bien-être et le progrès des sociétés», affirme Angel Gurria. L’organisation prépare des nouveaux outils pour évaluer les inégalités sociales ou environnementales.

Nicolas Sarkozy qui avait promis de se «battre» pour imposer le rapport Stiglitz à l’international peut se flatter d’avoir remporté une première manche : en quelques semaines, le G20, la Commission européenne et l’OCDE ont pris position en faveur de nouveaux modes de calcul. Mais l’impatience élyséenne risque d’être mise à rude épreuve sur la traduction concrète du projet. Car si un consensus émerge sur la nécessité de changer de paradigme, personne ou presque n’est d’accord sur le futur outil statistique de référence. Si ce n’est sur le fait qu’il ne s’agira pas d’un seul indice synthétique mais plutôt d’un «tableau de bord», groupant quelques chiffres clés, notamment les données sociales, environnementales ou sanitaires.

«Les recommandations sont larges et la mise en œuvre sera compliquée», admet Paul Schreyer de l’OCDE. L’organisation présentera demain une «feuille de route» visant à établir des indicateurs de référence pour les 30 pays membres d’ici à son prochain forum prévu en 2011 en Inde. Mais la tâche devient titanesque lorsqu’il s’agit d’intégrer les pays pauvres, aux ressources limitées, ou la Chine, obsédée par la croissance économique. «Il faudra au moins dix ans», estime un représentant du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud).

D’autant qu’un autre risque menace : alors que plus de 165 index différents sont déjà utilisés à travers le monde, la multiplication des outils statistiques pourrait rendre impossible toute comparaison internationale. «Attention à ne pas créer des indicateurs qui permettent à des pays d’améliorer artificiellement leur image», a mis en garde le chef statisticien de la Corée du Sud, Oh Seok-hyun, appelant à la vigilance face aux tentations d’instrumentalisation politique.

#Art-SB-Plie { overflow: hidden; display: block; } #Art-SB-Deplie { overflow: hidden; display: none; } table.Art-SB { position: relative; float: right; margin-top: 30px; margin-bottom: 20px; margin-left: 0px; margin-right: 0px; padding:0; border: 1px solid #d2d2d2; font-family: Verdana, sans-serif; font-size: 12px; color: #999999; overflow: hidden; padding: 0; } .Art-SB-Top td { height:20px; border-bottom: 1px solid #d2d2d2; margin: 0; overflow: hidden; } .Art-SB-Bot td { height:20px; margin: 0; overflow: hidden; } td.Art-SB-Gauche { border-right: 1px solid #d2d2d2; } #Art-SB-Deplie td.Art-SB-Gauche { width: 95px; } td.Art-SB-Droite { margin: 0; height:41px; border-left: 1px solid #d2d2d2; border-bottom: 0px; } .Art-SB div { margin:0; position:relative; float:left; } .Art-SB-Etiquette, .Art-SB-Icones, .Art-SB-Etiquette-Cache, .Art-SB-Icones-Cache { position: relative; float: left; padding-left:5px; padding-right:5px; line-height: 16px; } .Art-SB-Gauche .Art-SB-Etiquette { width: 55px; } .Art-SB-Centre .Art-SB-Etiquette { width: 60px; } .Art-SB-Etiquette-Mobile { width: 40px; border-left: 1px solid #d2d2d2; padding-left:5px; padding-right:5px; } .Art-SB-Etiquette-3D { width: 15px; border-left: 1px solid #d2d2d2; padding-left:5px; padding-right:5px; } img.Art-SB-Ico { height:16px; width:16px; border:0; margin-right:1px; } .Art-SB-Centre img.Art-SB-Ico { padding-top: 3px; } .Art-SB-Centre .Art-SB-Etiquette, .Art-SB-Centre .Art-SB-Etiquette-Mobile, .Art-SB-Centre .Art-SB-Etiquette-3D { padding-top: 3px; } *+ html .Art-SB-Centre .Art-SB-Icones .yahooBuzzBadge, * html .Art-SB-Centre .Art-SB-Icones .yahooBuzzBadge { position: relative; top: 3px; } .Art-SB-Centre .Art-SB-Icones .yahooBuzzBadge { position: relative; top: -3px; } /*** ToolTip */ .tip3 { background:url(/scripts/tooltip/bulle-top.gif) no-repeat; width:150px; font:11px verdana,arial,sans-serif; font-weight: bold; color:#333333; padding:16px 0 0 0; margin:0; } .tip3 p { background:url(/scripts/tooltip/bulle-bottom.gif) bottom left no-repeat; margin:-10px 0 0 0; padding:0 0px 20px 0px; text-align:center; } * html .tip3 { /* background:#fff; */ width:150px; height:16px; } * html .tip3 p { /* background:#fff; */ width:150px; color:#000; }

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans . Sujet du moment .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Copenhague en 10 chiffres

Copenhague en 10 chiffres | © Corbis Les négociations du sommet de Copenhague sur le récha…