Agroalimentaire. 10.000 emplois à pourvoir en France

5 min lues
1

Le Télégramme 28 Avril 2009

Agroalimentaire. 10.000 emplois à pourvoir en France

L’agroalimentaire s’en est mieux sorti en 2008 que le reste de l’industrie. Et ce secteur devrait offrir 10.000 postes à pourvoir cette année. «Il n’y a pas de crise majeure dans l’agroalimentaire» et les tendances depuis le début de l’année «ne sont pas foncièrement mauvaises», a déclaré hier Jean-René Buisson, président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania). «Nous ne sommes pas pessimistes», a-t-il ajouté.

Selon lui, «le vrai moment de vérité, ce sera à la rentrée de septembre». Premier secteur industriel français, l’agroalimentaire a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires en 2008 de 5,5% à 162,9 milliards d’euros.

Autre signe du dynamisme de la filière: les créations d’entreprises ont été sept fois plus importantes dans l’agroalimentaire que dans le reste de l’industrie. […]

Les Echos 28 avril 2009

L’agroalimentaire résiste mieux à la crise que les autres secteurs

L’industrie agroalimentaire tient bien le choc. « Finalement, elle s’en est mieux sortie jusqu’à présent que les autres secteurs, alors qu’on craignait une crise majeure des petites entreprises », a indiqué hier à Paris Jean-René Buisson, président de l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania).

Un signe très parlant : au premier trimestre, seules 323 entreprises de l’agroalimentaire ont été placées en redressement judiciaire ou en liquidation, soit 5 % de moins qu’un an auparavant. Une évolution à contrecourant du reste de l’économie, le nombre de défaillances tous secteurs confondus ayant bondi de 21 %.

Autre indice de résistance, le nombre d’emplois est resté quasiment stable en 2008 (- 0,6 %), ce qui n’est pas le cas dans les autres secteurs (- 2 %). « Il y a eu et il y aura encore des regroupements de sites industriels cette année, mais, dans la majorité des cas, les employés ont été reclassés. On ne s’attend pas à des plans sociaux massifs », selon Jean-René Buisson. Avec 412.000 salariés, l’industrie agroalimentaire demeure le deuxième employeur en France, derrière la sidérurgie. En déficit chronique de main-d’oeuvre, elle entend massivement souscrire au programme public d’incitation à l’embauche d’apprentis et aux contrats d’alternance. « Une formidable opportunité, d’autant que nous avons 10.000 offres d’emplois qui ne trouvent pas preneurs ».

Quant au chiffre d’affaires, il a augmenté de 5,5 % l’an dernier, à près de 163 milliards d’euros. Un chiffre qui reflète surtout l’augmentation du prix des matières premières et n’empêche pas une dégradation des marges, traditionnellement déjà très faibles. L’Ania estime que les entreprises n’ont pas pu répercuter plus de 25 % de la flambée des matières premières. […]

Auteur: Marie-Josée Cougard

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans . Conjoncture .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La grande distribution annonce le retour de la pauvreté

Les temps modernes Sandro Cattacin, professeur de sociologie à l’université de Genèv…