Produits à griller : un feu nourri mais concentré

5 min lues
1

 [F. C.-L.] 13 Mai 2009

 

La saison des grillades estivales est lancée ! Depuis les premières semaines d’avril, industriels et distributeurs ont les yeux rivés sur les bulletins météo. C’est peu de dire que les caprices du temps influent considérablement sur les ventes de brochettes, côtes de porc assaisonnées et autre plateaux gril. Comme le souligne Denis Robert, directeur marketing de Bigard (voir son interview en pages suivantes), pour les marques, chaque jour est un nouveau pari pour faire coïncider production et demande.

Produits à griller

Le mois de mai sera déterminant. « Mai marque l’arrivée de l’été. Pour beaucoup de Français, notamment dans la m

 

oitié Nord, c’est l’occasion de se retrouver entre amis autour du barbecue », explique Marie-Hélène Dohollou, responsable marketing de Louis Gad (29). Cette saison est d’autant plus cruciale que les deux précédentes avaient été médiocres, surtout en 2007. Les grillades reposent toutefois en grande partie sur la saucisserie : 66 % des 51 150 tonnes écoulées en 2008. Or, leur positionnement prix attractif et leur moindre dépendance à la météo a permis aux saucisses, chipolatas et autres merguez de progresser : + 3,5 % en volume sur la période courant de janvier à septembre 2008. A l’inverse, les brochettes ont souffert : – 7 %. « Elles avaient déjà reculé en 2007. Les consommateurs ont effectué des arbitrages au profit de la saucisserie », note David Robert chez Bigard. Les piécés assaisonnés (tex-mex, à la provençale, etc.) ont mieux résisté. Les plateaux mixtes progressent, préfigurant une tendance forte pour 2009 : les gros conditionnements économiques.

Autre point encourageant, les grillades en gardent encore sous le pied. « Le taux de pénétration des plateaux assortiments n’est encore que de 32 % contre 75 % pour la saucisserie, analyse Denis Bouillon, directeur marketing de Valtero. Il tombe à 29 % pour les marinés et les aromatisés et à 24 % pour les brochettes. » Ces dernières années, les équipements ont fleuri dans les grandes surfaces : planchas, barbecues à gaz, grils électriques, etc. Par ailleurs, les grillades ne se limitent plus à la boucherie et investissent d’autres rayons : charcuterie-traiteur (boudins), marée (gambas, pavés de saumon, brochettes de poisson).

 

MDD : montée en puissance

 

Crise oblige, la saison 2009 sera marquée par un recentrage sur les 20/80. « Nous avons rationalisé notre gamme pour nous concentrer sur les références les plus prometteuses en volume, que ce soit en terme de recettes, de format ou de conditionnement », explique Gérald Dorin-Blanchard, responsable marketing de Soviba. « Nous présentons une gamme relativement courte par rapport à nos concurrents, revendique pour sa part Tatiana Philippon, responsable marketing de Duc. Nous misons sur les saveurs qui tournent le plus : paprika, provençale et orientale ». Ce qui n’empêche pas les industriels de mettre en avant l’amélioration qualitative de leur offre. Car les marques sont confrontées à la montée en puissance des MDD, jusqu’à présent surtout cantonnées à la saucisserie. Voilà qui devrait inciter les industriels à ne pas laisser retomber la pression de l’innovation. Car si le prix reste le juge de paix, les produits à griller sont aussi portés par les achats d’impulsion.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par pepite
Charger d'autres écrits dans . Elabores .

Laisser un commentaire

Consulter aussi

«Mère Lalie». La conserverie rejoint le groupe Le Graët

«Mère Lalie est une conserverie de viandes, spécialisée dans les pâtés en bocaux et implan…