Conserves et surgelés : le marché peine à se redresser

Conserves et surgelés : le marché peine à se redresser

Après des années de pertes liées à la méfiance des Français après l’affaire de la viande de cheval, le marché des plats préparés semble aujourd’hui se relever. Les consommateurs gardent cependant une certaine méfiance vis-à-vis des plats surgelés et des conserves.

Ces dernières années ont été difficiles pour le secteur des plats cuisinés. Depuis trois ans, les ventes repartent progressivement à la hausse après des années de méfiance qui ont fait suite au scandale de la viande de cheval, provenant de l’usine Spanghero. En grandes et moyennes surfaces (qui représentent les trois quarts du marché), les ventes devraient progresser de 2,5% en 2019, soit autant qu’en 2018 selon l’analyste Xerfi France. Ainsi, à la fin de l’année, ce marché devrait atteindre au total cinq milliards d’euros et le chiffre d’affaires des fabricants de plats préparés devrait progresser de 2%.

Dégringolade depuis Spanghero et changement de méthode

En 2013, au moment du scandale de la viande de cheval, les ventes de produits cuisinés et surgelés ont lourdement chuté. Tous les secteurs étaient alors concernés, des pizzas aux plats tout faits en passant par les raviolis en conserve et les surgelés. Restaurants et fast-food s’inquiétaient comme les grandes surfaces de la méfiance des Français sur le sujet. Durant deux ou trois années, les ventes ont été incapables de se ressaisir, perdant parfois jusqu’à 50% en volume sur un an lors des pires semaines (plusieurs fois entre février et juin 2013) et près de 10% sur la seule année 2013. La perte de confiance suite à cette tromperie était alors inévitable.

L’enseigne Picard notamment a directement été impactée et a dû réagir pour rassurer les consommateurs. «Depuis cette crise, nous effectuons systématiquement des tests ADN sur tous nos produits. Nous sommes assurés désormais que nos plats préparés à base de bœuf sont 100% origine France et l’origine est systématiquement indiquée sur nos emballages», assure-t-on dans l’entreprise. Toutefois, leurs ventes ont plus nettement progressé que la moyenne. Entre 2013 et 2018, ils ont grimpé de 15%, malgré une baisse des ventes durant le scandale de près de 40%. Finalement, les seuls plats cuisinés à base de viande ont eux augmenté de 6,1% en 2017 et de 3,6% en 2018, témoignant du net rebond en place depuis deux ans.

» LIRE AUSSI - La consommation de plats préparés en chute libre

Autre gage de fiabilité, l’innovation et l’amélioration de la qualité des produits. C’est sur ce domaine que se penchent de nombreuses entreprises depuis quelque temps, se tournant parfois vers le bio et le végétal. C’est notamment le cas des plats livrés, l’objectif étant de faire repartir tous les secteurs des plats préparés et de tourner la page du scandale Spanghero.

Aujourd’hui, les produits à forte valeur ajoutée se portent mieux

Car certains produits ne rassurent pas encore totalement. En effet, en 2018, les conserves et les surgelés amenuisent les bons résultats globaux du secteur. Ces deux types de produits, dont le marché est évalué à 2,1 milliards d’euros, séduisent moins les consommateurs. En cause, la crainte de consommer des produits «ultratransformés», comme l’explique Xerfi, mêlée à la frilosité de se procurer de «l’entrée de gamme» surgelée. Pour autant, la baisse des ventes enregistrée en 2018 sur les conserves et les surgelés devrait être moins importante en 2019, notamment suite à la mise en œuvre de stratégies industrielles qui visent à moderniser ces produits. Une promesse de montée en gamme, dont témoignent les conserves bios de et les recettes dites «premium» de certaines grandes marques.

 

 

  • Mis à jour le 21/01/2019 à 17:37

 

  • Publié le 21/01/2019 à 17:04

» LIRE AUSSI - La livraison de repas à domicile en plein boom

Ainsi, ce sont les plats jugés plus frais qui portent clairement le secteur des plats préparés. Les plats emballés ou encore les pizzas et les entrées fraîches notamment soutiennent nettement les ventes car ils profitent, eux, d’une bonne image: pratique, plus sain et relativement abordable.

Derniers commentaires

Articles récents

Une plante a poussé sur la Lune

Une graine de coton aurait germé dans le petit caisson étanche emporté par la sonde Chang’e 4 qui s’est posée sur la Lune le 3 janvier. C’est la première fois que l’homme fait pousser une plante sur la Lune.

La Chine aurait fait pousser une plante sur la Lune. Pas dans le sol lunaire évidemment, mais dans un petit caisson étanche en aluminium d’un volume d’un litre et de près 3 kg emporté par la sonde Chang’e 4, qui s’est posée le 3 janvier. Ce serait une des graines de coton qui aurait germé, selon l’agence de presse officielle Xinhua. Cette dernière s’est toutefois trompée en légendant les images qu’elle a diffusées puisqu’elle a pris les trois photos prises dans le conteneur témoin resté sur Terre (ci-dessous) pour des images prises dans le caisson envoyé sur la Lune…

Les images de l'expérience-témoin restée sur Terre (ci-dessus) ont été prises pour des images réalisées dans le caisson envoyé sur la Lune...

Dès lors il semble difficile de faire confiance aux différentes sources qui reprennent l’agence. Le communiqué de l’université de Chongqing, responsable de l’expérience,ne précise pas, d’après ce que nous en comprenons (il n’est disponible qu’en chinois pour le moment), que c’est une graine de coton qui a germé sur la Lune.

Sur les 170 clichés pris au cours de l’expérience, seul un a été rendu public. Pris le 7 janvier, il semble effectivement montrer ce qui ressemble à une feuille. Notons que c’est une image historique: c’est la première fois que l’humanité fait pousser un organisme ailleurs que sur Terre (si l’on met de côté la Station spatiale internationale dans laquelle les astronautes ont déjà cultivé – et mangé! – de nombreux végétaux). Cela démontre d’une certaine manière qu’il devrait être possible de cultiver des plantes dans un environnement contrôlé le jour où l’humanité voudra s’installer dans la Lune.

» LIRE AUSSI - Premières vidéos du rover chinois sur la face cachée de la Lune

L’université précise par ailleurs qu’un caisson témoin resté sur Terre a vu germer des graines de cotons et de colza. Ce dernier était contrôlé pour que les conditions de températures, de pression, etc, soient les mêmes que celle régnant sur la Lune. Seule la gravité devait changer entre les deux dispositifs.

Les espèces de plantes envoyées par la Chine sur la Lune.

L’université donne aussi quelques précisions sur les conditions de l’expérience. Celle-ci a démarré après l’alunissage le 3 janvier. Ce n’est qu’à ce moment que l’eau a été injectée dans les différentes expériences. Les caissons comprenaient quatre plantes différentes – des graines de colza, de coton, de pomme de terre et d’arabidopsis (une plante modèle très courante en biologie) – ainsi que des larves de drosophiles et de la levure. L’idée était de recréer une petite biosphère isolée. Les plantes devaient générer l’oxygène et la nourriture nécessaires à la levure et aux mouches, qui devaient, elles, émettre en respirant le dioxyde de carbone nécessaire aux plantes. Les levures devaient enfin décomposer les déchets tout en pouvant servir de nourriture aux drosophiles.

Les mêmes graines avaient également été plantées dans des bacs ouverts gardés dans le laboratoire, après avoir observé la même période de trois mois d’hibernation que celles envoyées dans l’espace (deux mois avant le lancement, puis un mois de voyage vers la Lune avant de se poser). Trois plantes y ont germé: coton, colza et pomme de terre.

Rien ne laisse en revanche penser que la petite biosphère envoyée vers la Lune s’est développée correctement après son long périple. L’université ne donne aucune information, à notre connaissance, sur le sort des levures et des drosophiles. Elle précise simplement que les plantes qui ont germé (sans préciser lesquelles, encore une fois) ont poursuivi leur croissance jusqu’au 12 janvier, date à laquelle l’expérience a été arrêtée. La nuit tombait en effet pour une durée de 14 jours. La sonde manquant déjà cruellement d’énergie pour se réchauffer elle-même, elle ne pouvait pas en consacrer pour maintenir en vie cette petite expérience.

Ce que l’on peut dire avec certitude aujourd’hui, c’est que tout ce que le caisson contenait de vivant est désormais congelé. Et lorsque le Soleil se lèvera dans une dizaine de jours, toute cette matière organique morte devrait se décomposer rapidement. Le caisson étant étanche, ces résidus biologiques ne devraient toutefois pas contaminer la surface lunaire.


LE JOUR OÙ LES CITOYENS ONT ATTAQUÉ L’ÉTAT FRANÇAIS SUR LE CLIMAT

C’est un succès inattendu qui va sûrement amener le gouvernement français à repenser ses ambitions climatiques. La pétition « L’Affaire du siècle », qui soutient une attaque en justice du gouvernement pour inaction climatique, réunit près de deux millions de signatures.

Cela en fait la pétition la plus signée en France. Pour l’instant, seul le ministre de la Transition écologique François de Rugy a réagi : « J’ai été agréablement surpris de ce succès (…) Il faut faire entendre la voix du climat. Sur ce sujet, le pire ennemi, c’est l’inertie« . Puis il nuance : « Ce n’est pas dans un tribunal qu’on va faire baisser les émissions de gaz à effet de serre« .

Romain Slitine, spécialiste des innovations et des transitions économiques, sociales et politiques, maître de conférences à Sciences-Po Paris, estime que ce succès « montre que la légitimité démocratique ne peut plus se limiter aux élections. Quand vous réussissez à mobiliser deux millions de personnes autour d’une cause, vous êtes largement aussi légitime qu’un député qui peut être élu avec moins de 12 000 voix« .

Articles plus anciens

En alimentaire, les Français restent classiques

Une carte de France pour participer aux moissons

Le saviez-vous sur la pollution digitale ?

La consommation de viande en France recule depuis 10 ans

Pays-Bas. Une ferme laitière va bientôt voir le jour… sur l’eau

Alimentation: le secteur agroalimentaire dénonce un « marketing de la panique »

Le classement des marques préférées des Français

croquefeuille |
Succès Marketing |
Entre Organisation et Equit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 3D-Margot-Marina-Franck
| On s'amuse...
| cuisinebio